Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 14:35

 

Quelle idee de repartir en vadrouille apres une si belle etape en France ... Simplement parceque le prix du vol Paris - Reunion coute le double d un Paris Delhi ! De Delhi, je peux utiliser mon retour Delhi - Dubai - Maurice - Reunion.

En attendant de clore definitivement le tour et ce site, je redige le 42 eme et dernier article de la serie.

Tout d abord merci aux 3.200 visiteurs qui sont passes lire mes nouvelles. C est tres flatteur d etre autant lu et ca oblige a faire quelques efforts de redaction et d illustration... La frequentation a ete bien plus importante que je ne l aurai cru et meme apres plus d un mois sans aucune nouvelle, il y en a encore quelques uns a se connecter chaque jour !

C est donc promis, a present que je suis ecrase par le soleil de Dubai, je chercherai refuge dans les cafes internet pour une derniere redaction et les photos du superbe Taj Mahal...

Ces 40 jours de metropole marquent vraiment la fin du voyage : la famille, les amis, des lieux connus  ... c est encore des vacances mais d un autre genre. En repartant, je n ai plus du tout le meme entrain pour les decouvertes. En arrivant a New Delhi, je n ai qu un but : visiter le Taj Mahal. Il fait très chaud et par chance la mousson n est pas encore arrivee. Fatigue par un mois "difficile" et abattu par la chaleur je me repose et je reste autour de l hotel (plus de 30 degres sous le ventilateur au milieu de la nuit). Je ne verrai de la ville que la population grouillante, quelques vaches perdues et l intense traffic autour de la gare.

 Je quitte New Delhi en train. Les trains indiens ne sont pas chers et ca doit etre leur principale qualite (le mien a ete ponctuel). Ils sont tres longs avec de nombreuses voitures et differentes classes. Il vaut mieux reserver son billet a l avance. Ceux qui s y prennent au dernier moment n ont pas de siege attribue et doivent degager assez rapidement. Certains trajet durant plus de 30 heures, il vaut mieux avoir SA place. Le controleur ne controle que ceux qui ont une reservation mais un petit ecriteau prevoyait 250 roupies d amende et ou 3 mois de prison pour les resquilleurs. A bord il y a un service de "restauration" et toutes les 5 minutes un gars en uniforme passe avec des beignets ou de l eau ou des boissons ... il y a aussi quelques mendiants qui font les couloirs. En tete de wagon, on trouve les WC a l odeur. A l aller J etais en wagon couchette climatise, au retour en 3 eme classe avec ventilateurs. Certes ca n est pas le TGV, mais 80 roupies (1,5 euro) et 3 h 30 pour faire 200 km, mon "express" etait un train tout a fait "respectable". 

Agra ancienne capitale des conquerants musulmans est une ville de province plutot calme avec de grandes maisons coloniales entourees de vastes parcs. Je cede a un soixantenaire qui m embarque sur son "rickshow" (velo-taxi). Il m emmene a un hotel bon marche avec le "routard" du guide comme embleme. C est vrai que c est pas cher (4 euros la chambre a ventilateur) mais c est plein ... de francais !   

 

Ma premiere visite est le fameux Taj Mahal. Mausole de marbre blanc edifie par l empreur Shah Jahan en 17 ans (1648) pour sa tendre Mumtaz Mahal decedee pendant son 14 eme accouchement ! Plus tard il sera destitue par son fils et contemplera le tombeau de sa belle a travers les grilles de la prison ou il sera enferme, avant de la rejoindre dans la mort ...

C est vraiment superbe et il me semble tout a fait normal que ce lieu fasse partie des nouvelles 7 merveilles. La merveille a aussi un prix : 750 roupies (20 US $) pour les touristes contre 20 roupies pour les indiens... c est encore abordable ! Le monument ouvre a 6 h et il vaut mieux arriver tot pour profiter un peu de la serenite des lieux. Il y a d abord un premier jardin clos par des batiments de gres rouge. Il faut traverser une belle porte pour decouvrir le monument blanc au bout des bassins.   

L entree vers le Taj Mahal

Vue generale

un peu plus pres

encore plus pres 

Vue de biais

Un des angles du moument

Une des 4 tours

Tout est symetrique et les motifs se repetent sur les 4 cotes du batiment. Pour monter a la plateforme il faut se dechausser (locaux) ou enfiler des chaussons sur les chaussures. La terrasse carree possede 4 belles tours a chaque angle. La construction est encadree par une mosquee d un cote (orientee vers la Meque) et une construction identique de l autre cote pour garder l equilibre visiuel. Les portes sont entourees de versets du coran incrustes dans le marbre. Les seuls motifs representes sont des fleurs de pierres colorees ou sculptees dans le marbre, mais il n y a aucun portrait ni animal ...

Porte encadree de versets coraniques

Detail de pierres incrustees 

Motifs sculptes

On penetre a l interieur par une porte unique. Il y a une grande salle avec une acoustique tres etudiee et les guides en chantant pres du mur, montrent comment son "monte d un cote pour redscendre de l autre". Un paravent octogonal de marbre tres finement ajoure protege les 2 fausses tombes : une petite pour la reine au centre et une plus importante pour l empreur a son cote. En realite les corps reposent en dessous dans une crypte qu on ne peut plus visiter.

La mosquee 

 

 Le billet d entree du Taj Mahal permet 50 roupies d economie a l entree de 4 autres monuments, a condition d y aller le jour meme ! Je n irai qu au Fort Rouge. L enceinte doit faire 2.5 km et contient une dizaine de palais. Le nom vient des pierres de gres rouge utilisees pour la construction. Derriere les hauts murs se trouve une dizaine de palais superbes.  

 L apres-midi, je vais au cinema voir un film indien. J aurai bien aime voir "1971" mais ce n etait pas possible, j ai donc eu droit a "Shoutout a ...". Il fallait vraiment que je soit au cinema pour ne pas zapper ! Les mechants gangsters etaient tres mechants (mais avaient eu une enfance difficile !), les flics etaient aussi mechants (parcequ ils n avaient pas le choix). Apres 1 entracte au milieu des 2 heures et 3 scenes musicales, le film s acheve dans une grosse fusillade ou chaque bon tue a la main son mechant... Du grand Art !

Je reviens sur New Delhi par l express du soir et je quitte l Inde le lendemain matin (24/07) a destination de Dubai.

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Fin ...
commenter cet article
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 20:30

Salut de Prudhoe Bay,

500 miles au nord de Fairbanks, le champ petrolifere au bord de l Ocean Arctic ...

Un regal de remonter plus de 1500 km depuis Anchorage. Traverser 2 blocs montagneux, les forets de resineux de plus en plus claires jusqu a un col puis la toundra et les rennes. 4 nuits dans la voiture pour eviter de se faire devorer par les ours mais surtout les hordes de moustiques affames...

En 2 jours de piste j ai vu une moose avec son veau (elan), un lynx, un loup solitaire, des rennes  (caribou), un renard rouge et des tas de marmotes (ground squerel) qui surveillent le bord de la piste. J ai vu tout ca de la voiture car il suffit d ouvrir la portiere pour attirer 20 moustiques enormes dans la minute qui suit ...

La progression est interessante : le premier village apres Fairbanks est Livengood ("belle vie"); 120 miles plus loin c est le bled de Coldfoot (10 personnes en hiver) et au bout de la piste la "ville" s appelle Deadhorse !


Je revais plus grand ...


A mi chemin entre Anchorage et Fairbanks, on a un point de vue sur le Denali. Petite consolation, le ciel est encore couvert et personne ne peut monter ce jour ... Un panneau explique que l air marin se condense lorsqu il monte le long des pentes et cree des nuages directement sur la montagne.


Le camp 5 etait a 17.000 pieds ...
 

Un peu plus loin il y a l entree du parc du Denali. A Talkeetna les rangers controlent juste les grimpeurs, ici ils s occupent des randonneurs. Avant d etre libere dans le parc il faut suivre les instructions des rangers. Par curiosite j ai regarde le film et j ai appri a traverser les rivieres (glacees), le plus interessant c est les consignes en cas de rencontre avec l ours. Si c est un ours "intelligent", en parlant fermement et en levant les bras pour se grandir, l animal comprendra que ce sont des humains et qu il n a rien a manger. Surtout ne pas courir comme un gibier car il sera toujours plus rapide ! Si c est un ours idiot, il peut charger. Dans ce cas, utiliser le spray et faire le mort en se protegeant la nuque avec un sac (normalement il ne mange pas ce qui traine a terre). Si par malheur c est un ours noir, pas la peine de se coucher la consigne est de se battre avec tout ce qu on a sous la main ! Les mooses sont stupides et potentiellement dangereux, il faut eviter une mere et son petit ...

MaMoose et baby

 

J arrive a Fairbanks a 23 h et si la reception des hotels est fermee depuis plus de 2 heures, le supermarche est encore ouvert (6 h a minuit du lundi au lundi !). Il n y a presque personne et toutes les chariots electriques sont alignes. Les chariots c est surtout pour les gros, subtilite polie du magasin "... parceque vous etes important" !


J ai pas ose essayer ...

Meme les cimetieres sont accessibles en voiture ...


Le lendemain, le centre ville est encore "mort" : des parkings vides et pas de pietons. A l office de tourisme j apprends que la piste pour le nord est "raisonnablement praticable". Ca suffit pour que j oublie l ecriteau vu a l agence de location ( "pas de pistes" ). Il faut me preparer pour l expedition : une station essence tout les 300 km et pas de garage pour reparer des pneus qui peuvent facilement crever sur 600 km de piste (100 $ la reparation) ...
Apres l alimentaire, je passe au magasin de sports me prendre un chapeau moustiquaire et chercher une bombe de gaz anti ours. A  l entree, d un cote un panneau indique la remontee des poissons dans les rivieres, de l autre les clients posent a cote de leurs prises. Le chasseur est tres fier, surtout si c est un gosse de 12 a 15 ans qui pose avec le fusil a cote d un ours ! Ici la reglementation est tres souple, faut le permis de conduire pour acheter une arme (16 ans ?), mais je crois qu il n y a pas d age minimum pour partir avec un fusil ... Dans le journal, un gosse de 11 ans (arme) posait a cote d un enorme cochon. Le pere avait achete l animal quelques jours plus tot et l a fait executer par son fils pour la photo ... L ancien proprietaire de la bete a revele que c etait un cochon domestique devenu trop gros pour la famille !

Ici on ne dit pas "Faut pas vendre la peau de l ours avant de l avoir tue", mais "Faut acheter la peau avant de la trouer". Pour un local la peau vaut ... 25 $ ! Oui, moins de 20 euros pour tirer une bete pareille ! Je sais pas combien ca vaut d en tirer un dans les Pyrennees ?!  Il faut quand meme relativiser un peu, pour les "aliens" que nous sommes le prix est de 650 $ (26 fois plus).

No salmon yet ! Mais ca vient ...

 

Faire le plein quand c est possible

Des forets de resineux et bouleaux entre les rivieres


Le passage du cercle polaire


Permafrost ... poche de glace a quelques centimetres

Le pipeline sur 900 miles - 1500 km


Stations de controle entre les 7 pompes du trajet

Passage du col a 1500 m

Apres la montagne, la plaine


Un peu d eau

Puis une toundra maraicageuse (a cause du sol gele) 

Le soleil brille encore a 3 h du matin

Au bout de la piste, les stations de forage de BP 

 

En arrivant a minuit au 414 miles, j avais le soleil de face. Il a encore descendu un peu mais il a brille toute "la nuit". Aujourd hui j ai fait la tour de la zone autorisee. Les engins sont enormes, l horizon ponctue d usines de traitement du brut avant son envoi vers le terminal de Valdez a l autre bout du pays. Pour aller plus loin, il faut obligatoirement passer par une agence agreee pour traverser les champs petroliers jusqu a l ocean. Ce matin j ai donne mon identite pour etre controle avant la visite de demain matin (site strategique !).

Apres la route, les animaux ...


 "Mon" lynx

 C est encombrant et ca repousse plus grand chaque printemps


Les "ecureils de terre"


Caribou - rennes

L ours n a pas le droit de "faire les poubelles" 

Le grizzli du zoo s ennuie...


L ours polaire dort

Le Musk Ox ... qui m a charge !


L elephant "nordique" - avec tapis de marche interieur pour l hiver !


Ca y est cette fois c est vraiment fini : vol pour Paris le 9 juin. En partant a 15 h d Anchorage on arrive 11 heures plus tard ... a 13 h a Frankfort. Une petite heure de plus et j arrive le 10 en fin d apres midi a Paris; fin de la partie " exotique " du voyage. Encore une quarantaine de jour avant de rentrer a la Reunion " et reprendre une activite normale " ...

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 01:17

Denali, c est fini ...

Faute d une autonomie suffisante, je me suis joint a un groupe de 7 francais pour l ascension du Mac Kinley. Comme ils n ont pas que ca a faire, nous n avions que 3 semaines pour l expedition (8 au 28 mai); c est un peu dommage car avec plus de temps ...

Le groupe arrive le 8 au soir, 20 heures apres avoir quitte Paris. Je suis le plus jeune du groupe, mais j arriverai tout juste a suivre le veteran qui avec 160 cm et 60 ans a une peche terrible ! Helas, il n y a pas de fille ... pour la cuisine ! Apres les derniers achats alimentaires a Anchorage (le rayon pharmacie du supermarche est presque plus important que le rayon alimentataire !), on file 180 km au nord a Talkeetna. On mangera surtout des sachets deshydrates, et les tranches de jambon du pays seront tres appreciees !

Partage des hyophylises (la poudre a manger)

On arrive au debut de la saison touristique et le village comme les bourgeons n a pas debourre ! Avant d aller dans le parc naturel, il faut passer chez les rangers. Lorsqu on arrive, seulement 2 personnes ont atteint le sommet, 200 autres sont sur place sur les 1.000 inscrites pour la saison. L information dure une bonne heure : on nous explique les regles a suivre, les risques de l itineraire (crevasses, eboulements ...) et un avertissement sur les risques de gelures. A la fin du breefing, on recoit 3 pots pour les commissions ...

Le lendemain (10/05) on s envole pour 40 min. Apres avoir survole la foret plate et humide on arrive aux buttes rocheuses de plus en plus importantes qui canalisent de gros glaciers crevasses. L avion se pose avec les patins sur le glacier a 2200 m d altitude (c est original d "anneigir"). 

Un lit tordu !

 Beau vol

 Bleu, blanc et rouge !

A "terre" tout est eblouissant et nous ne quitterons plus les lunettes de soleil. Le camp de base est rudimentaire : 1 tente permanente pour les rangers, 1 tente pour le traffic aerien, un "cimetiere" ou les groupes enterrent des vivres pour le retour et les tentes de groupes en transit. Comme il est encore tot, on charge l essence et l equipement sur les luges et la marche commence.

A chaque piquet, une reserve pour le retour

C est parti ...

La voie est libre

En plus du sac a dos, il faut tirer une vingtaine de kilos embarques sur la luge. Ceux qui avancent a ski ont une assez bonne portance sur la neige, mais avec les raquettes on doit s encorder pour eviter de trop s enfoncer si on ne voit pas la crevasse. A 3, on avance lentement car ces maudites luges partent dans tous les sens. Les crevasses sont discretes mais trop nombreuses et trop profondes pour prendre le risque de se decorder. Quand on sait que c est la que que finissent les "sacs a merde", ca fait une autre bonne raison de ne pas tomber au fond du trou !

On arrive tard et fatigues au camp 1. Par chance, les premiers rendus trouvent des emplacements libres et nous n auront pas de terrassement a faire. C est le debut de l ete et les jours sont tres longs (il n y a pas de reelle obscurite). A 21 h on est encore en train de fondre la neige lorsque le soleil passe derriere la montagne et la temperature chute rapidement; il est temps de se rentrer au chaud...

A 2 dans la tente, nous ne sommes pas serres. Mon compagnon belge est sympathique et pleins d aventures ... Le matin il fait encore frais, on s active apres que le soleil ai chauffe la tente, mais avant que le givre ne fonde (9 h). Etant assez frileux, je dejeune avec l eau moins que tiede du thermos et je ne sors du duvet qu a partir de 9 h 30. Il faut pres de 2 heures pour dejeuner, remplir les gourdes et plier le camp. Generalement nous sommes pret a partir vers midi.

Le benjamin qui a eu des pieds geles sur une autre montagne s est fait peur et retourne prendre l avion. Nous sommes donc 7 pour monter au camp 2. On arrive en fin d apres midi et il n y a plus d emplacement libre. Il faut pres de 2 heures pour installer le camp (damer la neige et construire les murs de protection contre le vent). On se couche sereinement mais au matin tout est recouvert de neige. Le pot qui etait installe a l ecart est enfoui et malgre 2 heures de recherche on ne le retrouvera pas ... Le mauvais temps nous bloquera 2 jours dans les tentes (lecture).

L installation du camp 2 sous le soleil (large vallee)

Au petit matin, ce n est plus la meme chose !

Le "Chef" aux fourneaux

Le 14, on monte au camp 3. Il se situe au pied d une pente assez raide, au fond de la vallee glaciaire que l on remonte depuis plusieurs jours. Comme nous sommes tous en forme, on gagne du temps en motant tout en une seule fois. Certes, les attaches de la luges cisaillent les hanches mais le temps gagne compense largement ce desagreement. 

Comme les pentes deviennent plus fortes a partir du camps 3, on abandonne raquettes et ski pour les crampons et on reparti la charge en 2 portages. Si la pente est raide, en haut on a une meilleure vue ! On passe au dessus des nuages et on commence a dominer les environs. Le beau temps rend "Windy Corner" plus facile a traverser. Puisque tous sont en forme, on porte l equipement jusqu au camp 4 et on rentre tard au camp 3. Le lendemain on remonte avec le reste de la charge.

Entre camp 3 et 4

Le camp 4 est le plus important (4200 m). Les expeditions s y installent en attendant l oppurtinite d aller au sommet. Les rangers controlent le camp et un vrai "trone" est plus confortable que notre petit pot vert ordinaire !

Apres les jambes, on se degourdi les bras !

Le camp 4 (4200 m) devant le Mont Foraker

Un vrai chiotte (un peu exhibitioniste !)

et des previsions meteo de mer...

Apres une journee de repos, on fait le premier portage au camp 5 (5200 m). La pente est plus raide et le dernier troncon est equipe de 100 m de cordes fixes. Il faut commencer par franchir un mur de glace de plus d 1.20 m avec le sac. Meme avec corde et piolet, ce n est pas si facile ! Apres les cordes, on se repose sur un petit plat avant de suivre une jolie crete pendant pres de 2 h. Meme si on arrive fatigues au camps 5, il faut immediatement creuser un trou pour enfouir les sacs et redescendre rapidement. Ce qui se monte en 5 heures se descendra en 2 heures !

Apres le camp 4, ca grimpe raide !

 Passage en cordes fixes

Au dessus des nuages (5000 m)

Passage en crete 

On prend 1 jour de repos au camp 4 pour l acclimatation. Il fait beau et la meteo nous annonce un temps encore meilleur... Au camp, on "glande" pendant que les expeditions americaines s entrainent consciencieusement a passer d une corde a l autre, et que les expes qui rentrent, bazardent essence et nourriture pour s alleger. Le 21 on remonte au camp 5 avec le reste de l equipement. C est une superbe journee : gros soleil, ciel marine et pas de vent. Tandis qu on se creve a scier des blocs de neige pour les murs, on voit des groupes revenir du sommet jusqu a 23 heures. Au camp, nous sommes tous tres optimistes pour la suite !

Un sommet si proche ... (1000 m plus haut)

Vue du camp 5

Foutue meteo, c etait trop beau ... Au reveil, le vent souffle et au dela de 100 metres tout est gris. Sans soleil, avec un vent froid neigeux, les chances sont reduites, mais on part quand meme ... A peine sorti du camp on rencontre nos voisins partis 4 heures plus tot qui reviennent refroidis et fatigues pas une marche penible et vaine. Inutile d insister, nous faisons demi tour. Le vent ne cesse pas de la journee. Le soir ca se decouvre mais le matin suivant, le temps est encore mauvais...

D day - temps pourri !

A 5200 m il fait froid la nuit : dans la tente le thermometre bloque a - 20 degres, mais nos voisins donnent un - 32 deg a l exterieur ! A ces temperatures, on dort habille ! Le sac de couchage est bien rempli : vetements chaud, chaussettes a secher, appareil photo, camera, piles qu il fait proteger du froid ... On apprend aussi tres vite a utiliser la "pie bottle". Tout se passe dans le sac, avec la hantise de mettre a cote ce qui ferai tres vite de la glace dans le duvet. Assez rapidement la vapeur d eau de la respiration se depose et gele sur les bords du sac de couchage et refroidies joues ... Pour etre au top, je me dopais a la vitamine C depuis le depart, puis au paracetamol a partir de 4000 m. Un soir j ai pris 1/2 comprime de Diamox, medicament repute contre les maux d altitude mais aussi pour faire pisser. J ai aussi mal dormi que les nuits precedentes et j ai rempli 2 fois la bouteille ! Sortir la vider au milieu de la nuit a ete tres penible et je ne retoucherai plus a ce medicament ...

Moins 17 degres au reveil

Pas d amelioration en perspective et un avion a prendre, il faut redescendre vaincu par le mauvais temps. Nous ferons parti des 50 % d echec ... Aux camps, on rencontrera plusieurs groupes qui ont echoue leur premiere tentative et qui recommencent avec plus de temps disponible pour attendre le bon moment.

La descente sera rapide mais difficile. Cette fois ci plus de portage, il faut tout descendre en une seule fois. Deja qu il est plus dur de planter les crampons dans la glace pour descendre, avec le poids du sac, il faut faire doublement attention de ne pas glisser ... 2 gars sont morts quelques jours auparavant d une simple glissade ! Nous quittons le camp 5 a midi, on fait une pause au camp 4 et on repart avec les luges chargees vers le camp 3.

Pour monter avec la luge, il suffit de tirer. Pour descendre, il faut la retenir et casser son elan. Comme le chemin est de biais par rapport a la pente la luge chasse sur le cote et vire ... un vrai bonheur ! Comme on est 5 a galerer sur la cordee, il faut s arreter a chaque instant ...

Put ... de luges ! 

Arrives au camp 3, il n y a plus de place et il faut amenager notre emplacement. Mon compagnon de tente decouvre ses doigts geles ... avec 8/10 il a la mention "tres serieux" !!! Ce n est pourtant pas un bleu blege, mais en nettoyant la buee de ses lunettes, il s est gele les doigts. Pour l instant, il a juste de belles ampoules "normales", mais elles se coloreront en rouge et bleu lorsqu il utilisera ses doigts.

Gelures aux doigts 

 L heureux homme aux 10 poupees !

La premiere journee de descente etait deja pas mal, la seconde est un "jour blanc". Avec nos raquettes nous sommes moins rapides que les autres a ski, et nous devons partir en avance ... et ouvrir la voie. On demarre dans "la puree" : tout est blanc et on ne voit rien au dela de 50 m. Seuls les petits jalons de bambou me permettent de deviner la trace. Un moment on a du attendre une eclaircie pour trouver le jalon suivant... En ce jour pourri, on croisera peu de personnes ! Apres quelques heures, on descend sous les nuages et la visibilite s ameliore. Comme j ouvre la marche, je vois bien les belles crevasses (50 cm large) qui etaient cachees 15 jours plus tot. La veille, mon compagnon de devant s etait enfonce la jambe jusqu a la taille dans un "petit trou" de 20 cm, avec les failles de 50 cm et 1 seule personne pour tendre la corde, on a ete tres prudents ! Partis a midi, on arrivera creve au camps de base 7 heures plus tard. La neige lourde qui tombe trempe tout ... au moins il ne fait pas froid ! 

Derniere epreuve : la marche blanche

Arrives les permiers, nous sommes prioritaires pour embarquer dans l avion du lendemain. Avec un ciel gris et bas les vols seront rares ! Le pilote ne veut pas tout embarquer et l equipement reste avec un "responsable". A l aller, le temps clair permettait au pilote de voler haut. Au retour, l avion descend la vallee sous le plafond nuageux quelques centaine de metres au dessus des glaciers et de la foret. Un second vol sera possible l apres midi pour rapatrier le materiel.

L equipe avant l embarquement 

 Vol au dessous d un nid de coton 

La vallee glaciaire

Le 26, nous allons declarer notre sortie aux rangers et nous sommes tres surpris qu ils ne fassent pas d histoire pour le pot perdu. Certains se sont pris des amendes pour des raisons plus futiles : pas assez de dechets au controle, pas assez de "matieres" dans le pot ....

De retour en ville, on retrouve les plaisirs civilises : se laver les dents, se doucher, porter des vetements propres, manger de la nourriture qui a du gout, la biere et un lit ... Nous avons bien mange et bien bu ! J ai quand meme ete vexe quand la balance a indique plus de 80 kg... 15 jours a sucer la neige et le meme poids !! A table, on a eu le temps de refaire l expedition ! Il y a une grosse frustration de ne pas avoir pu aller au sommet. Avec un ou deux "SI", on pouvait tous monter (1 jour plus tot, si la meteo ne c etait pas trompee....). En tout cas on a fait le plus dur : trainer nos luges, marcher dans le sale temps, monter en bon etat au dernier camp et attendre l eclaircie ... Il nous manque 8 heures de marche avec un petit sac a dos pour l ultime aller-retour. C est vexant mais on ne pouvait rien faire de plus...

Promenade digestive entre 2 bons repas

Petite cabane,

Gros chalet ...

Avion individuel capable d atterrir sur les bancs de gravier de la riviere !


Le groupe est reparti (28 mai), il ne me reste plus qu un mois de promenade avant de rentrer en metropole ... ca sent la fin !!!

      

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Nord
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 20:27

  Apres le Cho Oyu en septembre, j avais envie de retourner en montagne avant la fin du voyage. Je ne fais pas la competition mais apres le Kilimandjaro, l Aconcagua et une belle montagne d asie, ca aurait ete dommage de ne pas ajouter un des "7 summits" a ma liste. Le Mac Kinley etait donc tout designe ...

Pour aller de Bolivie en Alaska, l avion fait escale a Miami (7 h) puis Dallas avant d atterrir a Anchorage. Le vol American Airlines n est pas tres cher (1000 $), mais la qualite du service s en ressent : les sieges sont etroits et serres, les ecrans passent des series TV au lieu de "vrais" films et la nourriture du vol international est mediocre. Pour le vol interieur, le repas et les ecouteurs sont des options payantes ! A l embarquement de Miami, il faut se dechausser et les souliers comme les bagages sont passes au scaner.

A Miami j ai plus de 7 heures d arret. Pendant 30 minutes j ai attendu mon sac emporte par un gars qui avait exactement le meme. Le re-enregistrement des bagagges est rapide mais obligatoire. Contrairement aux autres pays, les USA n exigent pas de billet justifiant une sortie du territoire. Dans l aeroport je retrouve les defibrilateurs qui m avaient impressionne a Los Angeles. Le bus emmene presque directement de l aeroport a la plage...

Dans le bus il y a surtout des noirs et beaucoup de gros. En plus des places reservees habituelles, il y a le siege "Laura Parks" (noire qui n a pas voulu ceder sa place au blanc ...). Apres une plusieurs kilometres, la route traverse une grande lagune pour aller vers la bande cotiere.    

Miami : la marina 

J arrive a South Beach vers 9 heures. Les voitures sont enormes (on ne remarque meme pas les hummers !) avec des oranges dessinees sur la plaque d immatriculation (Floride). La plage tres large commence a s animer : le soleil brille, les secouristes s installent, les transats se garnissent. Le sable est ratisse et les poubelles alignees tous les 50 m sont videes mecaniquement (par des noirs). Les retraites blancs font leurs exercices matinaux (jooging. velo, baignade ...). Je ne resite pas a la tentation et je passe a l eau. Elle est tres bonne ! Se baigner dans l Atlantique a 26 degre, c est agreable et j y reste le plus longtemps possible. Si l eau est chaude, elle est quand meme salie par de morceaux d algues et de petites meduses...   

L Atlantique a 26 degres ...

Sous le regard des sauveteurs - Le refuge nocturne des SDF

En retour vers l aeroport, une voiture de police qui stationnait sur l arret de bus recoit une feuille de palmier qui fele le parebrise (a 4 m de moi). Rien ne bouge, mais 5 minutes plus tard une voiture "Crime Scene Investigation" arrive, le policier prends 5 photos et repart ... CSI Miami ... trop fort !!!

A Dallas, 5 militaires en permision (mais en unfiforme) embarquent pour le dernier vol. L hotesse zelee les fait applaudir (par la tres grande majorite des passagers) au decollage et avant le desembarquement ... ils sont solidaires de leurs soldats !

On arrive a Anchorage vers 20 h. A l arret de bus un japonais va au meme hotel, ca fera moins cher de taxi. Au restaurant il m annonce qu il va a Barrow (derniere ville avant la banquise) voir le soleil de minuit. A 700 $ l aller-retour et 100 $ la nuit sur place, je suis serieusement refroidi et je reste tranquillement en ville. Le printemps et l ete arrivent en meme temps : en 1 mois les nombreux arbres se sont couverts de feuilles et a 2 heures du matin le ciel a encore des reflets bleus et la lampe est inutile.

Le Jason International Youth Hostel est le meilleur backpacker de mon voyage. Pour 25 $ par nuit (dortoir de 4), on a le telephone gratuit (France...), internet haut debit, laverie moins chere qu en asie, petit dej plus que correct, diner offert 2 fois pas semaine, eau chaude assuree, TV cablee et cuisine dans tous les appartements... Un vrai petit paradi que j hesite a quitter! Il y a quand meme un revers : la clientele n est pas a la hauteur ! Il y a des marins qui attendent d embarquer pour 3 ou 4 mois de peche et qui tuent le temps devant la TV et dans l alcool. J etais entrain de faire connaissance avec mon voisin depuis 10 min quand il se fait embarquer par 2 (gros) policiers pour avoir tabasse sa copine un peu avant ... La seconde nuit, ce sera un "natif" qui arrivera deja saoul a 16 h mais qui continuera a boire avec ses copains jusqu a 2 h. Il s echouera au lit mais il parlera a son portable toute la nuit ... Ces derniers temps, le clientelle s ameliore et les marins ont ete remplace par de jeunes russes et polonaises qui viennent travailler pour l ete.

La ville la plus importante de l etat (300.000 hab) n est pas la capitale (Juneau). Anchorage s etale entre la mer et les montagnes enneigees. Tout est fait pour les enormes voitures : drive in pour les fast food mais aussi pour les gabiers, pour deposer les livres a la bibliotheque ...  Sur les grosses arteres circulent quelques bus. Ils sont equipes de porte velos a l avant ce qui est tres interessant, mais personne ne fait de velo ! De plus il y a peu de bus et arretent tres tot le soir (1 par heure entre 8 et 18h le dimanche !).

Le centre ville m a perturbe. Il ressemble a une zone commerciale en peripherie de nos villes : il n y a pas de maisons de pierre et les petits immeubles emergent au milieu de nombreux parkings. Le bord de mer n est pas du tout mis en valeur. Heureusement les quartiers residentiels sont plus sympathiques :  maisons de bois avec baniere americaine, pelouses non cloturees...

Au rayon chasse des magasins de sport, il suffit du permis de conduire pour acheter n importe quel pistolet ou fusil a pompe qui s etalent sur les murs. Il est plus facile de trouver des armes que d acheter de la biere dans ce pays : vendre de la biere a un moins de 21 ans est passible de 5 ans de prison ! Les serveuses demanderont la carte d identite de notre senior (60 ans) avant de lui servir la biere !!!.


Grosse americaine !

Maison de bois et petite pelouse


Les americains que j ai rencontre etaient sympathiques et j ai ete surpris qu ils apprecient les francais. A la television CNN semblait assez satisfaite de l election de Sarkozy le pro - americain. On a vu Sarko annoncer "les USA pourront toujours compter sur le soutien de la France ..." "...mais nous ne sommes pas obliges d avoir le meme point de vue..." 

Au pays des obeses, je me suis fait un Mac Kinley au Mac Donald. En realite nous avons surtout mange chez un chinois avec un excellent rapport qualite prix. Pour varier, nous (le groupe de montagne) sommes alles gouter les fameux crabes (cf Thalassa). La patte de king crabe mesure 40 a 50 cm (ca deborde de l assiette) et elle est bien remplie. Apres le crabe (king crabe et crabe des neige), les specialites sont le saumon et l halibut. A peine installe a table dans le resto, une serveuse passe et verse a volonte l eau (et glacons) et un cafe trop clair pour avoir du gout...     

Un bar resto comme dans les films


 

Le 28 mai c etait le "Memorial day". Toutes les administration et les transports communs etaient au repos. J ai demande a 3 "jeunes" a quoi correpondait ce jour ... pas de reponse ! Il parait que l education n est pas terrible mais ici elle serait deja meilleure que dans les autres etats...  Enfin signe encourageant,  le gars de la station service a qui j avais pose la question etait heureux de me direle lendemain que c etait en commemoration de la guerre d independance ... tout n est pas perdu !


Pour Axel et Lucas ...

Depuis le depart du groupe, rien de special. Apres les complications pour declarer les impots a distance et regler les prochains vol, j ai loue une voiture pour une semaine. Je devrai partir a la chasse a l ours des demain 2/06. Je dois rendre la voiture le 8 et si tout va bien, j ai un vol le 9 juin pour ... Paris. Cette fois ca sent vraiment la fin !

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Nord
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 04:41

Ce n est pas encore la fin du voyage, mais j y pense de plus en plus. Les dernieres semaines ont ete assez speed et pour pouvoir visiter l ensemble des sites qui m interessaient et arriver a temps en Alaska, j avais un compte a rebour permanent en tete. Depuis la croisiere sur l Amazone j ai alterne entre speed boat et avion pour gagner du temps dans les deplacements. Contrairement au debut du voyage, j ai choisi les bus de jour pour profiter du paysage et ne pas arrive fatigue au petit matin et perdre la demi journee qui suit.

A present ca fait 9 mois que j ai quitte l ile et apres 5 mois en Asie, je termine 4 mois entre la Patagonie et l Equateur. Je suis tres satisfait de l itineraire : Chili, Argentine, Bresil, Equateur et Perou. Si on ajoutte les passages eclair en Uruguay, Paraguay, Colombie et Bolivie, j ai pose le pied dans tous les pays de la region sauf le Venezuela et les Guyanes. J ai beaucoup aime ce sejour : la nature (Patagonie, Amazonie, Galapagos, Andes, chutes d Iguacu, reserves animalieres ...) les villes (Buenos Aires, Rio, Brasilla) et l histoire (Perou - Malouines - guerre du Pacifique). Les populations que j ai trouve les plus sympathiques sont les argentins et les peruviens. J ai ete un peu decu par le Bresil, surtout a cause de la langue. Je me debrouille a present plutot bien en espagnol, mais en portugais je peux juste me faire comprendre pour demander une chambre ...

Je touche du bois pour ne pas avoir eu de problemes serieux. Excepte les (precieux) paquets du Nepal, les colis et la plupart des cartes postales sont arrives a destination. Mon plus gros probleme aura ete de trouver des cruditees pour changer du penible poulet - riz - frites que je ne peux plus sentir ! Certains ressentent une lassitude lorsque le voyage s eternise, j echappe a cette usure ! En grande partie parceque je me suis garde quelques "gros morceaux" pour la fin. Apres tous ces mois et toutes les "belles choses" vues, terminer avec le Perou m amene a des endroits dont je reve depuis l age de 12 ans (qui n a pas vu les citees d or !?).

J aurai aime avoir plus de temps pour replonger aux Galapagos et voir de gros requins, remonter l integralite de l Amazone, retourner au Salar d Uyuni et aller a Potosi et Atacama ... mais il faut respecter les delais ! Le mois de mai sera consacre a l Alaska et l ascension du Mac kinley - Denali ce qui est mon dernier gros objectif. En juin, je voudrai traverser le Canada et les USA en direction de la cote est pour traverser l Atlantique et arriver en France au plus tard debut juillet. Plus que 2 mois et le voyage sera acheve ...

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 04:32

Apres Cusco, je descend a Puno, grande ville froide et arrosee, sur les berges du lac (navigable) le plus haut a 3800 m. Il mesure 130 km sur 30 km et descend a 300 m au plus profond. Il resterait 10 % d eau salee, vestige dilue de l epoque ou il etait au niveau de la mer ! Les poissons marins (hippocampes) emprisones depuis des siecles ont aussi evolues pour s adapter a la salinite qui diminue.

Entre Cusco et Puno

L escale durera 2 jours, le temps de reactualiser le blog et de faire une petite visite aux iles d Uros et de Taquile. En voyant un vieux vapeur, je me suis souvenu de Thalassa et du navire de la couronne britanique demonte et transporte par mules depuis le Pacifique ... le bateau en question a ete depuis transforme en musee a quelques kilometres du port, trop loin et trop tard pour une visite ... Les bateaux a touristes du port dorment sur une couche verte de lentilles d eau. Apres les lentilles, on trouve une vaste etendue de joncs (totora) dans l eau peu profonde (3 a 5 m). Il y a 600 ans, des familles ont trouve refuge au milieu de cette petite foret. Ils se sont adaptes et ont fini par creer des iles flottantes artificielles a partir de roseaux entasses. Tout est en roseaux : le sol, les cabanes, les radeaux, le combustible pour le feu ... et on peut manger la base tendre des tiges (pas de gout !).    

 La soupe aux lentilles

Marais de joncs 

Les iles flottantes d Uros 

Tout en roseaux

J avais presque la meme a 12 ans ! 

 Aujourd hui quelques familles vivent encore sur place et attendent les touristes pour vendre de l artisanat devant les cabanes de paille ... Apres la visite le bateau continue sa route et on voit les vraies conditions de vie : maisons de toles avec panneaux solaires et antennes tele ! Il faut 2 heures de plus (petite vitesse) pour atteindre l ile de Taquile. Sur place le circuit est a sens unique : on monte a la place centrale du village ou les gamins en tenue traditionnelle proposent sans arret leurs petits bracelets tresses. Les groupes se dispercent ensuite dans les petits restaurants familiaux puis il est temps de repartir ... On descend l autre versant de l ile ou attendent les bateaux. Avec le soleil, le lac prend un superbe bleu. Je n y resiste pas et je me trempe 20 secondes dans l eau claire et fraiche. Je ne sais pas pourquoi, mais personne ne m a suivi ! 

 Les hauteurs de Taquile  L ile aux arches de pierre 

Vue sur lac

Le lendemain le bus m emene vers La Paz, terminus du voyage latino. On longe le lac jusqu a la frontiere Bolivienne. Les formalites sont tres rapides et on est a Copacabana pour le dejeuner. Ce n est pas le Copacabanna bresilien ! Les animations de plage sont bien plus modestes : pedalos et bateaux pour les iles du soleil et de la lune (civilisation Tiwanaku). La cathedrale blanche est la plus importante attraction d une ville tres calme.    

Vers sol y luna 

Copacabana plage !

 La cathedrale

Apres 2 h de pause on repart. On doit descendre du bus pour traverser un petit detroit en bac. A cote de l embarcadere, un momunent rappelle la guerre du Pacifique avec le Chili et revendique l ancien acces maritime du pays. Apres le lac, le bus arrive sur l altiplano et le paysage change. C est une plaine bordee de cimes eneigees ou poussent peniblement quelques parcelles d orge autour des petites maisons de terre. 

Les mechants chiliens

Un jour nous reviendrons ...

L altiplano

Borde de 6000 m enneiges

 L urbanisation se densifie et les cabanes de terre et chaume laissent place a des petits immeubles de brique et toles : c est l Alto, quartier populaire de La Paz. Pour atteindre le centre ville, il faut descendre 300 a 400 m plus bas. La vue pendant la descente est inpressionnante mais j etais du mauvais cote ! Le bus s arrete devant l hotel du rabatteur, comme le prix est correct, ce sera tres bien pour les 2 dernieres nuits.

Rue artisanale de La Paz

Je retrouve La Paz 4 ans plus tard. Ca n a pas beaucoup change : il y a toujours des avortons de lama seches en vente dans la rue ! Trop preoccupe a recuperer mon billet d avion, je n aurai le temps de visiter que la cathedrale et les boutiques artisanales du centre historique. L avion decolle sous la pleine lune du 3 mai pour Santa Cruz puis Miami. C en est fini de 4 tres bons mois en Amerique Latine ...  

Olivers et Gullivers

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 04:32

C etait un objectif majeur du sejour en amerique latine et apres 1 mois de slogan "votez pour la merveille", j etais motive pour la visite ! Toutes les mini-agences de Cusco proposent l incontournable visite. Les plus presses peuvent faire l aller retour dans la journee (150 $) mais le circuit normal prevoit 2 nuits a la ville d Agua Caliente au pied du mont ce qui donne plus de temps pour la visite et entretien le business local.

Pour atteindre cette ville, on est oblige de prendre le train. Obligation = profit maximun ! Les touristes ne peuvent pas prendre les wagons des peruviens. C est vrai que ca empeche les vols qui etaient frequent a bord, mais cette serenite se paie : alors que les locaux paient 10 $, on doit donner pres de 50 $ pour le confort rudimentaire de se tortillard qui atteint 20 km / h entre deux arrets tous les 5 km ! Le comble c est qu avec 50 $ pour 50 km (A-R), on a le tarif promotionnel !!! Il faut prendre le train de nuit (20 a 22 h) a l aller et se lever avant le soleil pour un retour a 5 h 45 !!! Evidement si on se donne les moyens, avec quelques dizaines de $ de plus on peut avoir un train a des heures plus raisonables ... Comme elles se servent deja sur le train, les autorites ont fixe le prix d entree a 40 $ (et 20 $ pour les peruviens). 

Agua Caliente (Eau chaude) se trouve au fond de la vallee, entoure par des pics. Ce qui est trop abrupt tombe, et notre train partira avec 30 minutes de retard a cause d un glissemement de terrain qui coupe l acces au thermes et aura fait courrir les gens du village vers les points hauts (effet tsunami !). A l arrivee du train, c est la course entre ceux qui cherchent un logement a une heure tardive et les rabatteurs des hotels qui ont la derniere occasion de vendre une chambre.

Couche a minuit, le reveil est mis pour 5 heures ! Au premier bus de 5 h 30, il y a deja beaucoup de monde pour profiter du site avant la ruee des "anciens moins rapides" et de la horde qui faisant l aller retour depuis Cusco arrive vers 9 / 10 h. Comme je traine un peu trop, je rate les premiers bus. A 6 h 30 il y a deja moins de monde et j attendrai 20 min avant que le minibus plein commence l ascension des lacets de terre.

A l arrivee le soleil brille avec quelques nuages qui se glissent dans les vallees. Je refuse poliment les guides qui se presentent et je ne tiens pas compte des itineraires proposes. C est le moment de faire des photos et le mitraillage commence ...   

 Site etendu avec parcours adaptes aux capacites physiques !

Premiere photo ...

Un peu plus loin : le village avec le pic Waynapicchu

Terrasses agricoles

Enchevetrement de terrasses et maisons

Le rocher Intihuatana- calendrier solaire

Apres un rapide passage photographique, je monte en meme temps que les nuages au Waynapicchu (pic qui domine le village). Il y a pres de 300 m de denivelle et les escaliers sont raides ! Au sommet s accrochent des terrasses tres etroites et quelques maisons en bordure du precipice. Il fallait vraiment etre motive pour construire ces maconneries sur des pics escarpes alors qu un peu plus loin tout pousse dans la foret  amazonienne ! 

Des pics vert-icaux

Constructions au bord du vide

Plus de pierres que de patates !

Le principal interet de la grimpette et la vue globale du site. J ai eu la chance d avoir une eclaircie pour quelques photos. Le temps s est ensuite enbrume et j ai attendu un moment avant de pouvoir photographier d un autre petit pic plus proche du site. Je tire mon chapeau a quelques soixantenaires que j ai vu grimper. Le plus delicat reste cependant la descente de ces marches etroites et humides.

Vue depuis le Waynapicchu

Vue du pic plus proche

Le temple solaire en haut de la "pyramide"

De retour aux ruines, les nuages bouchent la vue et la pluie qui arrive ne cessera pas. C est pas trop grave, ca n empeche pas de photographier les murs et les nombreux rochers sculptes  ... Au passage je glane quelques infos en ecoutant les guides. Le site decouvert vers 1911 (?) par un Iram Bingham aurait ete un village de pres de 1000 habitants. Il aurait ete abandone assez rapidement (avant l achevement des temples) car l eau disponible n etait pas suffisante pour la population... 

Escalier creuse dans le rocher 

Le Condor

Alain c est quoi ?!

Temple inacheve

Fontaine d interieur avec cuvette creusee dans le rocher

Une derniere porte inca

La visite raccourcie par les intemperies me laissera plus de temps pour acheter les cartes postales ! Le lendemain matin, lever matinal pour le train de 5 h 45. C est donc un bilan un peu mitige : je suis tres heureux d avoir visite le superbe site mais le plaisir a ete reduit par les conditions meteo. Apres le Machupicchu, plus rien de me retient sur Cusco et je continue la descente vers La Paz. J ai deja dit que j ai mange du cochon d inde ... la preuve !

C est qui le cobaye ?!

Une belle tete de cochon ... avec des dents de rat

Pour eviter les nausees : le mate de coca.

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 22:19

Ne pouvant m inscrire pour le camino inca, je me contente d une visite a Choquequirao. Les agences proposent la sortie en 4 jours et 3 nuits pour un peu moins de 200 $. Avec les bus locaux et en negociant personnellement la mule, ca revient a moitie prix ! Apres 3 heures de rampes montagneuses, le bus me laisse a quelques kilometres du village de Cachora. Il y a beaucoup de gens dans les champs pour ramasser le mais et ce qui doit etre des pommes de terre (2.000 varietees !). Il y a aussi de nombreux gosses qui passent leurs journees a surveiller quelques betes au paturage ... Au milieu du vert on trouve quelques parcelles rouge vif et d autres blanches d anis ("capitale mondiale"). Quelques bois d eucalyptus australiens remplacent les arbres indigenes disparus.

Les hautes vallees

Parcelles colorees a 3500 m

Tous au champs

Apres 1 heure de descente j arrive a Cachora : petit village plus que tranquille ! Les plus riches sont les logeurs qui proposent en plus un service d epicerie et les mules pour la randonnee ... Je n ai que l ambaras du choix pour trouver la mule et son muletier (15 $ / j), mais a 6 h du matin le muletier ne veut plus partir ! C est Celestino (celebrite locale) qui regelera le probleme en 1 heure et a 7h30, c est parti pour 25 km de marche.     

Maisons en adobe de la tranquille Cachora

Pour eviter de lamentables confusions, je ne pose pas avec la mule !

Un trop beau soleil pour les pentes ... 

Les 10 premiers km sont plats a flanc de montagne. Viennent ensuite 6 km de descente pour arriver au rio 1.500 m plus bas. Ce qui est descendu, il faut le remonter et ce sera nettement plus lent pour remonter ces 1.500 m sous un gros soleil ! A chaque etape, Leonidas recoit un verre de mate de coca ou de jus de canne fermentee, pour les touristes c est coca ou l "inca cola". A la pause dejeuner, pendant qu on mange l incontournable thon en boite, des hordes de petits moustiques diurnes se regalent de notre sang. De la taille d un moucheron, ils sont silencieux et indolores pendant qu ils se nourissent mais il laissent de grosses marques et des demangeaisons pour plusieurs jour !

C est dur de remonter la pente apres avoir touche le fond !

Mais les mouches stimulent pour ne pas trop trainer.

A 16 h on arrive au dernier village avant les ruines de Choquequirao. Il n y a que quelques cabanes de terre, pas d electricite et l eau est captee au proximite de la maison. Les gosses de la maison sont tres joyeux et le petit dernier marche a 4 pattes sur la terre battue au milieu des poules et cochons d indes eleves dans la cabane ... moi je dormirai dans la tente ! En chemin on fait escale chez un jeune qui a assez bien reussit pour se construire une maison plus propre. L INC (Institut National de Culture) lui a mis une amende enorme de 30.000 soles pour "construction sauvage". Le gars a attendu le representant local de L INC avec un sabre ... Depuis il est declare dangereux et n a plus de problemes !!! Au passage, l INC si soucieuse de l integration paysagere a construit une serie de gros baraquements en tole et beton tres tres voyants au bord de la riviere ... Les cochons d indes (Cuy), j en mangerai au retour a Cusco. C est bizard de regarder la tete grillee de la bete (yeux, oreilles et dents de rat) pendant qu on dechire l animal pour le manger ...

La maison "trop moderne" qui denature le paysage !

La case a Rosita

Le /04, c est le grand jour... A 7 h on repart pour 1 h de marche vers les ruines. Pas de chance c est couvert et du point de vue, on n observe que quelques terrasses tres etagees entre les nuages. Le site couvre 200 ha et les francais participent activement aux fouilles. Lors de la visite j ai surtout vu une dizaine de locaux armes de sabres pour nettoyer une vegetation qui repousse trop rapidement ! Au rythme actuel, ils ne parviendront jamais a mettre l ensemble du site propre !

Ca s annonce mal !

Les terrasses agricoles de la zone basse

Des faucheurs volontaires mais depasses par l ampleur du chantier

On commence la visite par les terrasses inferieures. C est a cause de ces terrasses en "andains" que les espagnols ont apelles "Andes" les montagnes du pays. C est impressionnant de voir ces murs au bord du precipice pour creer une petite bande cultivable de seulement 2 metres de large ! Les escaliers abrupts qui donnent acces au terrasses sont bordes d un petit canal pour l irrigation ... ils etaient bons cultivateurs et bons hydroliciens ces incas ! On entame ensuite la remontee vers les batiments sur la crete de la montagne. Il n y a que quelques batiments, ce qui m a marque ce sont les pignons des maisons : il y a un assemblage de pierres travaillees (aiguilles geantes) pour fixer le premier etage et la toiture. Plutot que de fixer les poutres dans le mur, ils preferent fixer les bois sur des pierres arrondies qui depassent du mur. On retrouve aussi des petits canaux qui amenent l eau dans la maison avec une petite cuvette de pierre creusees.

 Un site tres etendu au milieu de la foret

Des orchidees et des palmiers a 3000 metres !

Sur la crete, seulement quelques batiments 

  Des pignons qui pourraient etre plus simples !

L eau courante a domicile 

 On descend de l autre cote de la crete pour voir les fameuses terrasses aux lamas blancs. Se sont encore des petites terrasses pres du vide, mais avec des lamas de pierre blanches incrustes dans les murs. Par chance a partir de ce moment nous aurons quelques moments degages. Le ciel ne se degagera vraiment que quelques heures plus tard quand nous prendrons le chemin du retour !

Des terrasses abruptes

Les lamas blancs

Detail de lama

 Au debut j envisageai de faire une belle traversee pour arriver pres du Machupicchu, mais faute de temps je me suis rabattu vers le classique aller-retour. 70 km de marche en 3 jours, ca fait un peu juste comme echauffement mais c est mieux que rien et ca m a rappele que je dois m envelopper les pieds de pansements si je veux eviter les ampoules ...

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 02:16

 Arrive a Cusco le 17/4 a 7 h, les rabatteurs attendent le "pigeon" des la gare routiere. En 30 minutes j ai une chambre et dans l heure qui suit l arrivee, j ai le pass qui donne acces a 16 sites... A 4 Euros /jour (petit dej inclus !), la piaule est vraiment tres simple mais le lit n a pas de puces ! A 3300 m il faut se cacher du soleil et se couvrir le soir. La ville inca originale avait une forme de puma (animal sacre), avec les temples au niveau de la "tete". Encore une fois, les temples ont ete detruits et remplaces par des eglises (13). La ville est tres agreable et fortement orientee vers le tourisme. Les maison du centre sont d epoque coloniale avec des arcades cote rue et un vaste patio interieur. Des qu on s ecarte de la plaza centrale, on trouve des maisons coloniales installees sur de vieux murs incas. J aime beaucoup ces murs de pierres irregulieres (certaines enormes) et poiles pour s adapter parfaitement. Un inca a plume attend pour poser aupres de la fameuse pierre a 12 angles...  

 

Cusco la puissance du Puma

Plaza de armas

Les arcades du centre historique

Maison coloniale sur fondations incas

La pierre a 12 angles du palais de l Inca

 

Des l apres midi, je suis le tour organise pour la visite de 5 sites autour de la ville. La premiere etape est le temple de Qorikancha. Il ne reste plus de signes religieux, mais certains batiments n ont pas ete detruits par les espagnols. Il sont typiques avec des murs lisses, inclines vers l interieur et avec des ouvertures en angles.

 

Eglise qui ecrase le temple de Qorikancha

Murs incas - lisses, inclines avec niches en trapeze

 

 La seconde etape est Saqsaywaman sur la coline qui domine le centre. C est un nom imprononcable pour un site superbe avec des pierres impressionantes. Des blocs de plusieurs tonnes sont polis pour s imbriquer parfaitement... Le tour nous emporte ensuite vers les hauteurs et des sites moins grandioses (Q enqo - Pukapukara - Tambomachay). Monter a 4200 m des le premier jour, j en ai eu le souffle court et j ai cede au remede local : le mate de coca (infusion). Ici, la feuille de coca est en vente libre et "mastiquee" dans la rue. 

 

Les murs de Saqsaywaman

 Detail d angle

 

Le 18/04, je m inscris pour le tour de la valle sacree. On remonte haut passer un col avant de redescendre dans la vallee voisine. La premiere etape est Pisac, petite ville d allure coloniale ou l on s arrete pour le marche de souvenirs qui couvre toute la place centrale. L interet historique se cache sur les hauteurs de la ville. Du parking on decouvre un pan entier de colline amenage en terrasses agricoles. On devine 3 villages en ruines, mais ce n est pas dans le parcours du guide... On grimpe directement sur le pic qui surplombe voir les temples. Il y a plusieurs temples : un pour Viracocha, un pour le soleil, la lune, les etoiles ... Ils sont en assez bon etat car les espagnols n ont pas voulu construire leurs maisons sur le pic !

 

Vastes terrasses tres bien restaurees

Des portes qui ferment l acces

Les temples de Pisac

Un des temples

 

La seconde etape est Ollantaytambo. Ce gros village a deux atouts : il possede des ruines interessantes et c est la derniere gare ou il est possible de prendre le train (cher) pour le Machupicchu. On commence en bas d une dizaine de terrasses et c est un petit exercice de les gravir. En haut, on arrive sur un temple en cours de construction. Il y a d enormes blocs (1.2 * 1.2 * 5 m) tires sur rondins pendant 6 km avant d etre hisse sur une rampe encore presente. Les blocs sont polis pour s ajuster et les protuberences qui permettent la prise sont lissees au dernier moment de la finition. Ce travail etait reserve aux esclaves issus des conquetes ! Au retour on s arrete dans un village sur les hauteur et on a une belle vue sur les pics eneiges a 5000 et 6000 m tout proches.

 

Terrasses et temple vus d en bas

Les terrasses

Un beau bloc en cours de polissage

 La construction stopee par l arrivee des espagnols

 Les Andes eneigees

 

Lors du premier petit dej, j ai eu la chance d avoir des voisins francais qui connaissent tres bien le secteur. Ils m ont conseille un treck pour "Choquequirao" (site comparable au Machupicchu). Je pars donc demain (21/04) pour Cachora ou j espere trouver une mule pour m accompagner quelques jours. Si possible, j aimerai traverser jusqu a Agua Caliente (village touristique du Machupicchu) a 6 jours de marche. De toute facon le treck classique du Camino del Inca n a plus de places disponibles avant juin ... heureusement qu on est encore en basse saison ! 

 En ce moment, le Perou vibre pour l election des 7 nouvelles merveilles du monde. Evidement le Machupicchu et le chouchou local, avant les pyramides du Caire, le Tajmahal ... et la tour Eiffel ! Des ordinateurs sont a disposition pour faire voter un maximun de peruviens et touristes avant le 07/07/07 au www.new7wonders.com

  Merveille ... oui, mais faudrait pas attrapper la grosse tete (de noble) ! 

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 19:07

La capitale du pays regroupe plus de 8.000.000 d habitants et pres de 40 % de la population du pays. Pour avoir un appercu de la ville, il faut grimper au Cerro San Cristobal, colline tres proche du centre ville. Le taxi collectif grimpe sans peur la route etroite et sinueuse en bordure du precipice. Si le chauffeur ne craind rien, on a eu des palpitations quand il a pile dans une epingle a cause d un collegue qui descendait un peu vite ... Les glissieres froissees au bord du vide ne sont pas pour rassurer ! Du sommet on ne voit que les quartiers les plus proches et quelques collines. La brume et la pollution forment une couche grisee qui empeche de voir la mer pourtant toute proche. 

Plaza de Armas de Lima

Quartier populaire

Vue du Cerro - maisons basses de briques rouges

 

J ai commence par la visite du musee de la Nation. C est musee historique qui presente les plus importantes civilisations du pays, et on peut tout photographier ! En plus des ceramiques classiques, il y a des maquettes et des explications qu on ne trouve pas sur les sites reels (tombe du seigneur de Sipan, plan de la citee de Chan Chan, maquette du Machu Pichu ...).

Sacrifice humain - cou tranche avec arteres, oesophage... !

Ceramique de tete momifiee ...

... a cote des vraies tetes tres bien conservees !

Et l amour dans tout ca ...

  Tete de Chavin

Le Yupana, pierre a dechiffrer les Quipus

Encore un masque d or

Un petit condor d or et turquoises

 

Tres a l ecart, une expo photo retrace les troubles lies au Sentier Lumimeux (1980/2000), il y a beaucoup de photos de cadavres. Quelques panneaux expliquent que dans les campagnes, l armee n avait pas besoin de chercher les coupables pour executer 30 a 40 personnes. C etait il y a seulement 10 ans, l epoque de president Fujimori qui a nettoye le terrorisme ... et les caisses de l etat !

Tous les jours a midi au palais de la plaza de armas, la releve de la garde s effectue en fanfare, la jambe haute au son de la musique locale (el condor passa !). Apres ce spectacle charmant, je suis alle a la Cathedrale, elle aussi sur la place centrale. C est une belle cathedrale, meme si elle est trop grande pour etre aussi richement decoree que les eglises plus petites. A l entree les reste d un certain Pizarro reposent dans une petite salle. Je crois qu il avait ete eleveur de cochons avant de s engager dans l armee et de conquerir un empire de 12.000.000 hab avec seulement 200 hommes ! Une mosaique montre la separation des espagnols qui retournent a ... et des 194 conquistadores qui restent avec lui pour devenir riches...

Don Francisco Pizarro

 

Le monastere de San Francisco est aussi une visite interessante. Les vieux murs renferment un joli patio, une eglise avec beaucoup de boiseries et quelques peintures, mais surtout des catacombes. Dans les sous-sols du monastere reposent les os de 25.000 personnes. Ca fait beaucoup de cranes et de tibias dans une atmosphere fraiche et humide qui conviendrait si bien au vin ! A cote du congres se trouve le musee de la Sainte Inquisition. Avec seulement 3 executions sur 40 proces, il n y a pas de quoi faire un musee. C est sans grand interet, et les manequins garottes, ecarteles ou forces a boire font plus sourire que souffrir !

Boire sans soif ...

 

Le musee de l Amiral Grau se situe dans la maison du commandant. Quel homme !!! Bien que marin mort au combat a 45 ans, il a reussit a faire 10 enfants en 10 ans (a moins que Mme ...). Le musee retrace surtout ses exploits militaires lies aux guerres du 19 eme siecle. La premiere unit vers 1860, le Perou, le Chili et (la Bolivie) contre l Espagne qui a court d argent tente de reprendre ses colonies independantes depuis 1820. L alliance est victorieuse et l Espagne renvoie sa flotte aux Philipines. Moins de 20 ans plus tard (187.), c est la guerre du Pacifique qui unit Perou et Bolivie contre le Chili qui pousse par les firmes americaines veut conquerir les terrains riches en guano et minerais. Le Chili bat ses 2 voisins et s empare du littoral Bolivien et de territoires Peruviens. Au musee maritime de La Paz, on avait eu pitie en voyant ce que la Bolivie avait perdu comme territoire face au Chili et au Paraguay, c est la meme chose qui est arrivee au Perou ! Le Chili a rogne au sud et le Bresil et la Colombie ont installes des populations dans la partie amazonienne et reduit l espace peruvien...

La maison bleue de l Amiral Grau

Bataille navale - 186.

 

Apres une belle ecale en capitale, j arrive a Nazca le 15 au soir. La civilisation de Nazca est assez ancienne et elle avait disparu bien avant l arrivee des incas. L endroit est connu pour les fameuses lignes et les figures geantes dessinees dans le desert (20 a 300 m de long). Certains pensent encore que les triangles etaient des pistes d OVNI, et que le dessin cosmonaute represente un extra-terrestre, mais le guide reste plus simple avec des dessins destines aux yeux du dieu soleil. Comme tous je m inscrit pour le survol du site. A 40 $ les 30 min c est un bon rendement pour pour les nombreuses micro compagnies aeriennes qui se partagent le marche ! nous sommes 3 passagers dans le petit avion et je suis tres heureux d avoir negocie la place de copilote. Je me perd entre l appareil photo et la camera pour immortaliser l image avant que l avion vire sechement pour que l autre bord profite quelques secondes de la vue... Meme si on est haut, on voit tres bien les figures a l oeil mais ca ne rend rien en photo... 

Sur le plan c est pas mal...

Au dessus du desert, la photo ne vaut rien ...

  Le cosmonaute (zoom maxi)

L oiseau

 

Le singe

 

Je vais ensuite au cimetiere de Chauchilla voir les momies. La plupart des tombes ont ete pillees et on voit pleins de petites depressions sableuses correspondant a autant de tombes visitees. Les pilleurs saouls pour se proteger des mauvais esprits, ne font pas de quartiers ils prennent les poteries si convoitees et arrachent le tissus autour du corps pour chercher l or. En surface on voit donc plein de coton et de morceaux d os... Le site presente une petite dizaine de tombes degagees avec quelques momies replacees. Les momies en position foetale (tendons et ligament sectionnes pour la bonne posture), sont enveloppees dans une masse de coton. L excellent etat de conservation des cheveux est tres surprenant (surtout qu ils sont tres longs les cheveux !). Une petite salle montre une momie intacte (avec peau), celles qui sont a l exterieur sont sacrifiees au soleil et au vent qui detruisent le cuir et blanchissent les os... 

Ici tout est mort

Si on me libere, je mords !

Momie Rasta - avec les talons dans l estomac !

 

Au retour, on sarrete a l incontournable escale touristique de fabrication artisanales de poteries traditionnelles. La seconde etape chez les chercheurs d or est plus interessante. L activite concerne plus de 20 % de la population locale. Chacun peut creuser dans la montagne et revient a la cooperative pour boyer sa roche. La roche passe d abord au broyeur mecanique mais la finition est manuelle ! La poudre issue de la meule passe a la batee et les depot presque pur est melange au mercure qui fixe l or. Si le chercheur trouve 1 g d or dans 60 kg de pierre, il gagne 15 $ et c est une bonne journee !

 

L humour de l animateur ...

... et la sueur de l orpailleur !

 

Je quitte Nazca le 16 au soir avec le bus pour Cuzco. J aurai aime y rester une journee de plus pour voir les lignes de pres et visiter quelques vestiges interessants mais j ai ete trop rapide pour acheter le billet de bus. 

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article

Présentation

  • : Larguez les amarres
  • : Deroulement d'un voyage autour du globe
  • Contact

Rechercher

Catégories