Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 20:30

Salut de Prudhoe Bay,

500 miles au nord de Fairbanks, le champ petrolifere au bord de l Ocean Arctic ...

Un regal de remonter plus de 1500 km depuis Anchorage. Traverser 2 blocs montagneux, les forets de resineux de plus en plus claires jusqu a un col puis la toundra et les rennes. 4 nuits dans la voiture pour eviter de se faire devorer par les ours mais surtout les hordes de moustiques affames...

En 2 jours de piste j ai vu une moose avec son veau (elan), un lynx, un loup solitaire, des rennes  (caribou), un renard rouge et des tas de marmotes (ground squerel) qui surveillent le bord de la piste. J ai vu tout ca de la voiture car il suffit d ouvrir la portiere pour attirer 20 moustiques enormes dans la minute qui suit ...

La progression est interessante : le premier village apres Fairbanks est Livengood ("belle vie"); 120 miles plus loin c est le bled de Coldfoot (10 personnes en hiver) et au bout de la piste la "ville" s appelle Deadhorse !


Je revais plus grand ...


A mi chemin entre Anchorage et Fairbanks, on a un point de vue sur le Denali. Petite consolation, le ciel est encore couvert et personne ne peut monter ce jour ... Un panneau explique que l air marin se condense lorsqu il monte le long des pentes et cree des nuages directement sur la montagne.


Le camp 5 etait a 17.000 pieds ...
 

Un peu plus loin il y a l entree du parc du Denali. A Talkeetna les rangers controlent juste les grimpeurs, ici ils s occupent des randonneurs. Avant d etre libere dans le parc il faut suivre les instructions des rangers. Par curiosite j ai regarde le film et j ai appri a traverser les rivieres (glacees), le plus interessant c est les consignes en cas de rencontre avec l ours. Si c est un ours "intelligent", en parlant fermement et en levant les bras pour se grandir, l animal comprendra que ce sont des humains et qu il n a rien a manger. Surtout ne pas courir comme un gibier car il sera toujours plus rapide ! Si c est un ours idiot, il peut charger. Dans ce cas, utiliser le spray et faire le mort en se protegeant la nuque avec un sac (normalement il ne mange pas ce qui traine a terre). Si par malheur c est un ours noir, pas la peine de se coucher la consigne est de se battre avec tout ce qu on a sous la main ! Les mooses sont stupides et potentiellement dangereux, il faut eviter une mere et son petit ...

MaMoose et baby

 

J arrive a Fairbanks a 23 h et si la reception des hotels est fermee depuis plus de 2 heures, le supermarche est encore ouvert (6 h a minuit du lundi au lundi !). Il n y a presque personne et toutes les chariots electriques sont alignes. Les chariots c est surtout pour les gros, subtilite polie du magasin "... parceque vous etes important" !


J ai pas ose essayer ...

Meme les cimetieres sont accessibles en voiture ...


Le lendemain, le centre ville est encore "mort" : des parkings vides et pas de pietons. A l office de tourisme j apprends que la piste pour le nord est "raisonnablement praticable". Ca suffit pour que j oublie l ecriteau vu a l agence de location ( "pas de pistes" ). Il faut me preparer pour l expedition : une station essence tout les 300 km et pas de garage pour reparer des pneus qui peuvent facilement crever sur 600 km de piste (100 $ la reparation) ...
Apres l alimentaire, je passe au magasin de sports me prendre un chapeau moustiquaire et chercher une bombe de gaz anti ours. A  l entree, d un cote un panneau indique la remontee des poissons dans les rivieres, de l autre les clients posent a cote de leurs prises. Le chasseur est tres fier, surtout si c est un gosse de 12 a 15 ans qui pose avec le fusil a cote d un ours ! Ici la reglementation est tres souple, faut le permis de conduire pour acheter une arme (16 ans ?), mais je crois qu il n y a pas d age minimum pour partir avec un fusil ... Dans le journal, un gosse de 11 ans (arme) posait a cote d un enorme cochon. Le pere avait achete l animal quelques jours plus tot et l a fait executer par son fils pour la photo ... L ancien proprietaire de la bete a revele que c etait un cochon domestique devenu trop gros pour la famille !

Ici on ne dit pas "Faut pas vendre la peau de l ours avant de l avoir tue", mais "Faut acheter la peau avant de la trouer". Pour un local la peau vaut ... 25 $ ! Oui, moins de 20 euros pour tirer une bete pareille ! Je sais pas combien ca vaut d en tirer un dans les Pyrennees ?!  Il faut quand meme relativiser un peu, pour les "aliens" que nous sommes le prix est de 650 $ (26 fois plus).

No salmon yet ! Mais ca vient ...

 

Faire le plein quand c est possible

Des forets de resineux et bouleaux entre les rivieres


Le passage du cercle polaire


Permafrost ... poche de glace a quelques centimetres

Le pipeline sur 900 miles - 1500 km


Stations de controle entre les 7 pompes du trajet

Passage du col a 1500 m

Apres la montagne, la plaine


Un peu d eau

Puis une toundra maraicageuse (a cause du sol gele) 

Le soleil brille encore a 3 h du matin

Au bout de la piste, les stations de forage de BP 

 

En arrivant a minuit au 414 miles, j avais le soleil de face. Il a encore descendu un peu mais il a brille toute "la nuit". Aujourd hui j ai fait la tour de la zone autorisee. Les engins sont enormes, l horizon ponctue d usines de traitement du brut avant son envoi vers le terminal de Valdez a l autre bout du pays. Pour aller plus loin, il faut obligatoirement passer par une agence agreee pour traverser les champs petroliers jusqu a l ocean. Ce matin j ai donne mon identite pour etre controle avant la visite de demain matin (site strategique !).

Apres la route, les animaux ...


 "Mon" lynx

 C est encombrant et ca repousse plus grand chaque printemps


Les "ecureils de terre"


Caribou - rennes

L ours n a pas le droit de "faire les poubelles" 

Le grizzli du zoo s ennuie...


L ours polaire dort

Le Musk Ox ... qui m a charge !


L elephant "nordique" - avec tapis de marche interieur pour l hiver !


Ca y est cette fois c est vraiment fini : vol pour Paris le 9 juin. En partant a 15 h d Anchorage on arrive 11 heures plus tard ... a 13 h a Frankfort. Une petite heure de plus et j arrive le 10 en fin d apres midi a Paris; fin de la partie " exotique " du voyage. Encore une quarantaine de jour avant de rentrer a la Reunion " et reprendre une activite normale " ...

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 04:41

Ce n est pas encore la fin du voyage, mais j y pense de plus en plus. Les dernieres semaines ont ete assez speed et pour pouvoir visiter l ensemble des sites qui m interessaient et arriver a temps en Alaska, j avais un compte a rebour permanent en tete. Depuis la croisiere sur l Amazone j ai alterne entre speed boat et avion pour gagner du temps dans les deplacements. Contrairement au debut du voyage, j ai choisi les bus de jour pour profiter du paysage et ne pas arrive fatigue au petit matin et perdre la demi journee qui suit.

A present ca fait 9 mois que j ai quitte l ile et apres 5 mois en Asie, je termine 4 mois entre la Patagonie et l Equateur. Je suis tres satisfait de l itineraire : Chili, Argentine, Bresil, Equateur et Perou. Si on ajoutte les passages eclair en Uruguay, Paraguay, Colombie et Bolivie, j ai pose le pied dans tous les pays de la region sauf le Venezuela et les Guyanes. J ai beaucoup aime ce sejour : la nature (Patagonie, Amazonie, Galapagos, Andes, chutes d Iguacu, reserves animalieres ...) les villes (Buenos Aires, Rio, Brasilla) et l histoire (Perou - Malouines - guerre du Pacifique). Les populations que j ai trouve les plus sympathiques sont les argentins et les peruviens. J ai ete un peu decu par le Bresil, surtout a cause de la langue. Je me debrouille a present plutot bien en espagnol, mais en portugais je peux juste me faire comprendre pour demander une chambre ...

Je touche du bois pour ne pas avoir eu de problemes serieux. Excepte les (precieux) paquets du Nepal, les colis et la plupart des cartes postales sont arrives a destination. Mon plus gros probleme aura ete de trouver des cruditees pour changer du penible poulet - riz - frites que je ne peux plus sentir ! Certains ressentent une lassitude lorsque le voyage s eternise, j echappe a cette usure ! En grande partie parceque je me suis garde quelques "gros morceaux" pour la fin. Apres tous ces mois et toutes les "belles choses" vues, terminer avec le Perou m amene a des endroits dont je reve depuis l age de 12 ans (qui n a pas vu les citees d or !?).

J aurai aime avoir plus de temps pour replonger aux Galapagos et voir de gros requins, remonter l integralite de l Amazone, retourner au Salar d Uyuni et aller a Potosi et Atacama ... mais il faut respecter les delais ! Le mois de mai sera consacre a l Alaska et l ascension du Mac kinley - Denali ce qui est mon dernier gros objectif. En juin, je voudrai traverser le Canada et les USA en direction de la cote est pour traverser l Atlantique et arriver en France au plus tard debut juillet. Plus que 2 mois et le voyage sera acheve ...

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 04:32

C etait un objectif majeur du sejour en amerique latine et apres 1 mois de slogan "votez pour la merveille", j etais motive pour la visite ! Toutes les mini-agences de Cusco proposent l incontournable visite. Les plus presses peuvent faire l aller retour dans la journee (150 $) mais le circuit normal prevoit 2 nuits a la ville d Agua Caliente au pied du mont ce qui donne plus de temps pour la visite et entretien le business local.

Pour atteindre cette ville, on est oblige de prendre le train. Obligation = profit maximun ! Les touristes ne peuvent pas prendre les wagons des peruviens. C est vrai que ca empeche les vols qui etaient frequent a bord, mais cette serenite se paie : alors que les locaux paient 10 $, on doit donner pres de 50 $ pour le confort rudimentaire de se tortillard qui atteint 20 km / h entre deux arrets tous les 5 km ! Le comble c est qu avec 50 $ pour 50 km (A-R), on a le tarif promotionnel !!! Il faut prendre le train de nuit (20 a 22 h) a l aller et se lever avant le soleil pour un retour a 5 h 45 !!! Evidement si on se donne les moyens, avec quelques dizaines de $ de plus on peut avoir un train a des heures plus raisonables ... Comme elles se servent deja sur le train, les autorites ont fixe le prix d entree a 40 $ (et 20 $ pour les peruviens). 

Agua Caliente (Eau chaude) se trouve au fond de la vallee, entoure par des pics. Ce qui est trop abrupt tombe, et notre train partira avec 30 minutes de retard a cause d un glissemement de terrain qui coupe l acces au thermes et aura fait courrir les gens du village vers les points hauts (effet tsunami !). A l arrivee du train, c est la course entre ceux qui cherchent un logement a une heure tardive et les rabatteurs des hotels qui ont la derniere occasion de vendre une chambre.

Couche a minuit, le reveil est mis pour 5 heures ! Au premier bus de 5 h 30, il y a deja beaucoup de monde pour profiter du site avant la ruee des "anciens moins rapides" et de la horde qui faisant l aller retour depuis Cusco arrive vers 9 / 10 h. Comme je traine un peu trop, je rate les premiers bus. A 6 h 30 il y a deja moins de monde et j attendrai 20 min avant que le minibus plein commence l ascension des lacets de terre.

A l arrivee le soleil brille avec quelques nuages qui se glissent dans les vallees. Je refuse poliment les guides qui se presentent et je ne tiens pas compte des itineraires proposes. C est le moment de faire des photos et le mitraillage commence ...   

 Site etendu avec parcours adaptes aux capacites physiques !

Premiere photo ...

Un peu plus loin : le village avec le pic Waynapicchu

Terrasses agricoles

Enchevetrement de terrasses et maisons

Le rocher Intihuatana- calendrier solaire

Apres un rapide passage photographique, je monte en meme temps que les nuages au Waynapicchu (pic qui domine le village). Il y a pres de 300 m de denivelle et les escaliers sont raides ! Au sommet s accrochent des terrasses tres etroites et quelques maisons en bordure du precipice. Il fallait vraiment etre motive pour construire ces maconneries sur des pics escarpes alors qu un peu plus loin tout pousse dans la foret  amazonienne ! 

Des pics vert-icaux

Constructions au bord du vide

Plus de pierres que de patates !

Le principal interet de la grimpette et la vue globale du site. J ai eu la chance d avoir une eclaircie pour quelques photos. Le temps s est ensuite enbrume et j ai attendu un moment avant de pouvoir photographier d un autre petit pic plus proche du site. Je tire mon chapeau a quelques soixantenaires que j ai vu grimper. Le plus delicat reste cependant la descente de ces marches etroites et humides.

Vue depuis le Waynapicchu

Vue du pic plus proche

Le temple solaire en haut de la "pyramide"

De retour aux ruines, les nuages bouchent la vue et la pluie qui arrive ne cessera pas. C est pas trop grave, ca n empeche pas de photographier les murs et les nombreux rochers sculptes  ... Au passage je glane quelques infos en ecoutant les guides. Le site decouvert vers 1911 (?) par un Iram Bingham aurait ete un village de pres de 1000 habitants. Il aurait ete abandone assez rapidement (avant l achevement des temples) car l eau disponible n etait pas suffisante pour la population... 

Escalier creuse dans le rocher 

Le Condor

Alain c est quoi ?!

Temple inacheve

Fontaine d interieur avec cuvette creusee dans le rocher

Une derniere porte inca

La visite raccourcie par les intemperies me laissera plus de temps pour acheter les cartes postales ! Le lendemain matin, lever matinal pour le train de 5 h 45. C est donc un bilan un peu mitige : je suis tres heureux d avoir visite le superbe site mais le plaisir a ete reduit par les conditions meteo. Apres le Machupicchu, plus rien de me retient sur Cusco et je continue la descente vers La Paz. J ai deja dit que j ai mange du cochon d inde ... la preuve !

C est qui le cobaye ?!

Une belle tete de cochon ... avec des dents de rat

Pour eviter les nausees : le mate de coca.

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 04:32

Apres Cusco, je descend a Puno, grande ville froide et arrosee, sur les berges du lac (navigable) le plus haut a 3800 m. Il mesure 130 km sur 30 km et descend a 300 m au plus profond. Il resterait 10 % d eau salee, vestige dilue de l epoque ou il etait au niveau de la mer ! Les poissons marins (hippocampes) emprisones depuis des siecles ont aussi evolues pour s adapter a la salinite qui diminue.

Entre Cusco et Puno

L escale durera 2 jours, le temps de reactualiser le blog et de faire une petite visite aux iles d Uros et de Taquile. En voyant un vieux vapeur, je me suis souvenu de Thalassa et du navire de la couronne britanique demonte et transporte par mules depuis le Pacifique ... le bateau en question a ete depuis transforme en musee a quelques kilometres du port, trop loin et trop tard pour une visite ... Les bateaux a touristes du port dorment sur une couche verte de lentilles d eau. Apres les lentilles, on trouve une vaste etendue de joncs (totora) dans l eau peu profonde (3 a 5 m). Il y a 600 ans, des familles ont trouve refuge au milieu de cette petite foret. Ils se sont adaptes et ont fini par creer des iles flottantes artificielles a partir de roseaux entasses. Tout est en roseaux : le sol, les cabanes, les radeaux, le combustible pour le feu ... et on peut manger la base tendre des tiges (pas de gout !).    

 La soupe aux lentilles

Marais de joncs 

Les iles flottantes d Uros 

Tout en roseaux

J avais presque la meme a 12 ans ! 

 Aujourd hui quelques familles vivent encore sur place et attendent les touristes pour vendre de l artisanat devant les cabanes de paille ... Apres la visite le bateau continue sa route et on voit les vraies conditions de vie : maisons de toles avec panneaux solaires et antennes tele ! Il faut 2 heures de plus (petite vitesse) pour atteindre l ile de Taquile. Sur place le circuit est a sens unique : on monte a la place centrale du village ou les gamins en tenue traditionnelle proposent sans arret leurs petits bracelets tresses. Les groupes se dispercent ensuite dans les petits restaurants familiaux puis il est temps de repartir ... On descend l autre versant de l ile ou attendent les bateaux. Avec le soleil, le lac prend un superbe bleu. Je n y resiste pas et je me trempe 20 secondes dans l eau claire et fraiche. Je ne sais pas pourquoi, mais personne ne m a suivi ! 

 Les hauteurs de Taquile  L ile aux arches de pierre 

Vue sur lac

Le lendemain le bus m emene vers La Paz, terminus du voyage latino. On longe le lac jusqu a la frontiere Bolivienne. Les formalites sont tres rapides et on est a Copacabana pour le dejeuner. Ce n est pas le Copacabanna bresilien ! Les animations de plage sont bien plus modestes : pedalos et bateaux pour les iles du soleil et de la lune (civilisation Tiwanaku). La cathedrale blanche est la plus importante attraction d une ville tres calme.    

Vers sol y luna 

Copacabana plage !

 La cathedrale

Apres 2 h de pause on repart. On doit descendre du bus pour traverser un petit detroit en bac. A cote de l embarcadere, un momunent rappelle la guerre du Pacifique avec le Chili et revendique l ancien acces maritime du pays. Apres le lac, le bus arrive sur l altiplano et le paysage change. C est une plaine bordee de cimes eneigees ou poussent peniblement quelques parcelles d orge autour des petites maisons de terre. 

Les mechants chiliens

Un jour nous reviendrons ...

L altiplano

Borde de 6000 m enneiges

 L urbanisation se densifie et les cabanes de terre et chaume laissent place a des petits immeubles de brique et toles : c est l Alto, quartier populaire de La Paz. Pour atteindre le centre ville, il faut descendre 300 a 400 m plus bas. La vue pendant la descente est inpressionnante mais j etais du mauvais cote ! Le bus s arrete devant l hotel du rabatteur, comme le prix est correct, ce sera tres bien pour les 2 dernieres nuits.

Rue artisanale de La Paz

Je retrouve La Paz 4 ans plus tard. Ca n a pas beaucoup change : il y a toujours des avortons de lama seches en vente dans la rue ! Trop preoccupe a recuperer mon billet d avion, je n aurai le temps de visiter que la cathedrale et les boutiques artisanales du centre historique. L avion decolle sous la pleine lune du 3 mai pour Santa Cruz puis Miami. C en est fini de 4 tres bons mois en Amerique Latine ...  

Olivers et Gullivers

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 22:19

Ne pouvant m inscrire pour le camino inca, je me contente d une visite a Choquequirao. Les agences proposent la sortie en 4 jours et 3 nuits pour un peu moins de 200 $. Avec les bus locaux et en negociant personnellement la mule, ca revient a moitie prix ! Apres 3 heures de rampes montagneuses, le bus me laisse a quelques kilometres du village de Cachora. Il y a beaucoup de gens dans les champs pour ramasser le mais et ce qui doit etre des pommes de terre (2.000 varietees !). Il y a aussi de nombreux gosses qui passent leurs journees a surveiller quelques betes au paturage ... Au milieu du vert on trouve quelques parcelles rouge vif et d autres blanches d anis ("capitale mondiale"). Quelques bois d eucalyptus australiens remplacent les arbres indigenes disparus.

Les hautes vallees

Parcelles colorees a 3500 m

Tous au champs

Apres 1 heure de descente j arrive a Cachora : petit village plus que tranquille ! Les plus riches sont les logeurs qui proposent en plus un service d epicerie et les mules pour la randonnee ... Je n ai que l ambaras du choix pour trouver la mule et son muletier (15 $ / j), mais a 6 h du matin le muletier ne veut plus partir ! C est Celestino (celebrite locale) qui regelera le probleme en 1 heure et a 7h30, c est parti pour 25 km de marche.     

Maisons en adobe de la tranquille Cachora

Pour eviter de lamentables confusions, je ne pose pas avec la mule !

Un trop beau soleil pour les pentes ... 

Les 10 premiers km sont plats a flanc de montagne. Viennent ensuite 6 km de descente pour arriver au rio 1.500 m plus bas. Ce qui est descendu, il faut le remonter et ce sera nettement plus lent pour remonter ces 1.500 m sous un gros soleil ! A chaque etape, Leonidas recoit un verre de mate de coca ou de jus de canne fermentee, pour les touristes c est coca ou l "inca cola". A la pause dejeuner, pendant qu on mange l incontournable thon en boite, des hordes de petits moustiques diurnes se regalent de notre sang. De la taille d un moucheron, ils sont silencieux et indolores pendant qu ils se nourissent mais il laissent de grosses marques et des demangeaisons pour plusieurs jour !

C est dur de remonter la pente apres avoir touche le fond !

Mais les mouches stimulent pour ne pas trop trainer.

A 16 h on arrive au dernier village avant les ruines de Choquequirao. Il n y a que quelques cabanes de terre, pas d electricite et l eau est captee au proximite de la maison. Les gosses de la maison sont tres joyeux et le petit dernier marche a 4 pattes sur la terre battue au milieu des poules et cochons d indes eleves dans la cabane ... moi je dormirai dans la tente ! En chemin on fait escale chez un jeune qui a assez bien reussit pour se construire une maison plus propre. L INC (Institut National de Culture) lui a mis une amende enorme de 30.000 soles pour "construction sauvage". Le gars a attendu le representant local de L INC avec un sabre ... Depuis il est declare dangereux et n a plus de problemes !!! Au passage, l INC si soucieuse de l integration paysagere a construit une serie de gros baraquements en tole et beton tres tres voyants au bord de la riviere ... Les cochons d indes (Cuy), j en mangerai au retour a Cusco. C est bizard de regarder la tete grillee de la bete (yeux, oreilles et dents de rat) pendant qu on dechire l animal pour le manger ...

La maison "trop moderne" qui denature le paysage !

La case a Rosita

Le /04, c est le grand jour... A 7 h on repart pour 1 h de marche vers les ruines. Pas de chance c est couvert et du point de vue, on n observe que quelques terrasses tres etagees entre les nuages. Le site couvre 200 ha et les francais participent activement aux fouilles. Lors de la visite j ai surtout vu une dizaine de locaux armes de sabres pour nettoyer une vegetation qui repousse trop rapidement ! Au rythme actuel, ils ne parviendront jamais a mettre l ensemble du site propre !

Ca s annonce mal !

Les terrasses agricoles de la zone basse

Des faucheurs volontaires mais depasses par l ampleur du chantier

On commence la visite par les terrasses inferieures. C est a cause de ces terrasses en "andains" que les espagnols ont apelles "Andes" les montagnes du pays. C est impressionnant de voir ces murs au bord du precipice pour creer une petite bande cultivable de seulement 2 metres de large ! Les escaliers abrupts qui donnent acces au terrasses sont bordes d un petit canal pour l irrigation ... ils etaient bons cultivateurs et bons hydroliciens ces incas ! On entame ensuite la remontee vers les batiments sur la crete de la montagne. Il n y a que quelques batiments, ce qui m a marque ce sont les pignons des maisons : il y a un assemblage de pierres travaillees (aiguilles geantes) pour fixer le premier etage et la toiture. Plutot que de fixer les poutres dans le mur, ils preferent fixer les bois sur des pierres arrondies qui depassent du mur. On retrouve aussi des petits canaux qui amenent l eau dans la maison avec une petite cuvette de pierre creusees.

 Un site tres etendu au milieu de la foret

Des orchidees et des palmiers a 3000 metres !

Sur la crete, seulement quelques batiments 

  Des pignons qui pourraient etre plus simples !

L eau courante a domicile 

 On descend de l autre cote de la crete pour voir les fameuses terrasses aux lamas blancs. Se sont encore des petites terrasses pres du vide, mais avec des lamas de pierre blanches incrustes dans les murs. Par chance a partir de ce moment nous aurons quelques moments degages. Le ciel ne se degagera vraiment que quelques heures plus tard quand nous prendrons le chemin du retour !

Des terrasses abruptes

Les lamas blancs

Detail de lama

 Au debut j envisageai de faire une belle traversee pour arriver pres du Machupicchu, mais faute de temps je me suis rabattu vers le classique aller-retour. 70 km de marche en 3 jours, ca fait un peu juste comme echauffement mais c est mieux que rien et ca m a rappele que je dois m envelopper les pieds de pansements si je veux eviter les ampoules ...

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 02:16

 Arrive a Cusco le 17/4 a 7 h, les rabatteurs attendent le "pigeon" des la gare routiere. En 30 minutes j ai une chambre et dans l heure qui suit l arrivee, j ai le pass qui donne acces a 16 sites... A 4 Euros /jour (petit dej inclus !), la piaule est vraiment tres simple mais le lit n a pas de puces ! A 3300 m il faut se cacher du soleil et se couvrir le soir. La ville inca originale avait une forme de puma (animal sacre), avec les temples au niveau de la "tete". Encore une fois, les temples ont ete detruits et remplaces par des eglises (13). La ville est tres agreable et fortement orientee vers le tourisme. Les maison du centre sont d epoque coloniale avec des arcades cote rue et un vaste patio interieur. Des qu on s ecarte de la plaza centrale, on trouve des maisons coloniales installees sur de vieux murs incas. J aime beaucoup ces murs de pierres irregulieres (certaines enormes) et poiles pour s adapter parfaitement. Un inca a plume attend pour poser aupres de la fameuse pierre a 12 angles...  

 

Cusco la puissance du Puma

Plaza de armas

Les arcades du centre historique

Maison coloniale sur fondations incas

La pierre a 12 angles du palais de l Inca

 

Des l apres midi, je suis le tour organise pour la visite de 5 sites autour de la ville. La premiere etape est le temple de Qorikancha. Il ne reste plus de signes religieux, mais certains batiments n ont pas ete detruits par les espagnols. Il sont typiques avec des murs lisses, inclines vers l interieur et avec des ouvertures en angles.

 

Eglise qui ecrase le temple de Qorikancha

Murs incas - lisses, inclines avec niches en trapeze

 

 La seconde etape est Saqsaywaman sur la coline qui domine le centre. C est un nom imprononcable pour un site superbe avec des pierres impressionantes. Des blocs de plusieurs tonnes sont polis pour s imbriquer parfaitement... Le tour nous emporte ensuite vers les hauteurs et des sites moins grandioses (Q enqo - Pukapukara - Tambomachay). Monter a 4200 m des le premier jour, j en ai eu le souffle court et j ai cede au remede local : le mate de coca (infusion). Ici, la feuille de coca est en vente libre et "mastiquee" dans la rue. 

 

Les murs de Saqsaywaman

 Detail d angle

 

Le 18/04, je m inscris pour le tour de la valle sacree. On remonte haut passer un col avant de redescendre dans la vallee voisine. La premiere etape est Pisac, petite ville d allure coloniale ou l on s arrete pour le marche de souvenirs qui couvre toute la place centrale. L interet historique se cache sur les hauteurs de la ville. Du parking on decouvre un pan entier de colline amenage en terrasses agricoles. On devine 3 villages en ruines, mais ce n est pas dans le parcours du guide... On grimpe directement sur le pic qui surplombe voir les temples. Il y a plusieurs temples : un pour Viracocha, un pour le soleil, la lune, les etoiles ... Ils sont en assez bon etat car les espagnols n ont pas voulu construire leurs maisons sur le pic !

 

Vastes terrasses tres bien restaurees

Des portes qui ferment l acces

Les temples de Pisac

Un des temples

 

La seconde etape est Ollantaytambo. Ce gros village a deux atouts : il possede des ruines interessantes et c est la derniere gare ou il est possible de prendre le train (cher) pour le Machupicchu. On commence en bas d une dizaine de terrasses et c est un petit exercice de les gravir. En haut, on arrive sur un temple en cours de construction. Il y a d enormes blocs (1.2 * 1.2 * 5 m) tires sur rondins pendant 6 km avant d etre hisse sur une rampe encore presente. Les blocs sont polis pour s ajuster et les protuberences qui permettent la prise sont lissees au dernier moment de la finition. Ce travail etait reserve aux esclaves issus des conquetes ! Au retour on s arrete dans un village sur les hauteur et on a une belle vue sur les pics eneiges a 5000 et 6000 m tout proches.

 

Terrasses et temple vus d en bas

Les terrasses

Un beau bloc en cours de polissage

 La construction stopee par l arrivee des espagnols

 Les Andes eneigees

 

Lors du premier petit dej, j ai eu la chance d avoir des voisins francais qui connaissent tres bien le secteur. Ils m ont conseille un treck pour "Choquequirao" (site comparable au Machupicchu). Je pars donc demain (21/04) pour Cachora ou j espere trouver une mule pour m accompagner quelques jours. Si possible, j aimerai traverser jusqu a Agua Caliente (village touristique du Machupicchu) a 6 jours de marche. De toute facon le treck classique du Camino del Inca n a plus de places disponibles avant juin ... heureusement qu on est encore en basse saison ! 

 En ce moment, le Perou vibre pour l election des 7 nouvelles merveilles du monde. Evidement le Machupicchu et le chouchou local, avant les pyramides du Caire, le Tajmahal ... et la tour Eiffel ! Des ordinateurs sont a disposition pour faire voter un maximun de peruviens et touristes avant le 07/07/07 au www.new7wonders.com

  Merveille ... oui, mais faudrait pas attrapper la grosse tete (de noble) ! 

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 19:07

La capitale du pays regroupe plus de 8.000.000 d habitants et pres de 40 % de la population du pays. Pour avoir un appercu de la ville, il faut grimper au Cerro San Cristobal, colline tres proche du centre ville. Le taxi collectif grimpe sans peur la route etroite et sinueuse en bordure du precipice. Si le chauffeur ne craind rien, on a eu des palpitations quand il a pile dans une epingle a cause d un collegue qui descendait un peu vite ... Les glissieres froissees au bord du vide ne sont pas pour rassurer ! Du sommet on ne voit que les quartiers les plus proches et quelques collines. La brume et la pollution forment une couche grisee qui empeche de voir la mer pourtant toute proche. 

Plaza de Armas de Lima

Quartier populaire

Vue du Cerro - maisons basses de briques rouges

 

J ai commence par la visite du musee de la Nation. C est musee historique qui presente les plus importantes civilisations du pays, et on peut tout photographier ! En plus des ceramiques classiques, il y a des maquettes et des explications qu on ne trouve pas sur les sites reels (tombe du seigneur de Sipan, plan de la citee de Chan Chan, maquette du Machu Pichu ...).

Sacrifice humain - cou tranche avec arteres, oesophage... !

Ceramique de tete momifiee ...

... a cote des vraies tetes tres bien conservees !

Et l amour dans tout ca ...

  Tete de Chavin

Le Yupana, pierre a dechiffrer les Quipus

Encore un masque d or

Un petit condor d or et turquoises

 

Tres a l ecart, une expo photo retrace les troubles lies au Sentier Lumimeux (1980/2000), il y a beaucoup de photos de cadavres. Quelques panneaux expliquent que dans les campagnes, l armee n avait pas besoin de chercher les coupables pour executer 30 a 40 personnes. C etait il y a seulement 10 ans, l epoque de president Fujimori qui a nettoye le terrorisme ... et les caisses de l etat !

Tous les jours a midi au palais de la plaza de armas, la releve de la garde s effectue en fanfare, la jambe haute au son de la musique locale (el condor passa !). Apres ce spectacle charmant, je suis alle a la Cathedrale, elle aussi sur la place centrale. C est une belle cathedrale, meme si elle est trop grande pour etre aussi richement decoree que les eglises plus petites. A l entree les reste d un certain Pizarro reposent dans une petite salle. Je crois qu il avait ete eleveur de cochons avant de s engager dans l armee et de conquerir un empire de 12.000.000 hab avec seulement 200 hommes ! Une mosaique montre la separation des espagnols qui retournent a ... et des 194 conquistadores qui restent avec lui pour devenir riches...

Don Francisco Pizarro

 

Le monastere de San Francisco est aussi une visite interessante. Les vieux murs renferment un joli patio, une eglise avec beaucoup de boiseries et quelques peintures, mais surtout des catacombes. Dans les sous-sols du monastere reposent les os de 25.000 personnes. Ca fait beaucoup de cranes et de tibias dans une atmosphere fraiche et humide qui conviendrait si bien au vin ! A cote du congres se trouve le musee de la Sainte Inquisition. Avec seulement 3 executions sur 40 proces, il n y a pas de quoi faire un musee. C est sans grand interet, et les manequins garottes, ecarteles ou forces a boire font plus sourire que souffrir !

Boire sans soif ...

 

Le musee de l Amiral Grau se situe dans la maison du commandant. Quel homme !!! Bien que marin mort au combat a 45 ans, il a reussit a faire 10 enfants en 10 ans (a moins que Mme ...). Le musee retrace surtout ses exploits militaires lies aux guerres du 19 eme siecle. La premiere unit vers 1860, le Perou, le Chili et (la Bolivie) contre l Espagne qui a court d argent tente de reprendre ses colonies independantes depuis 1820. L alliance est victorieuse et l Espagne renvoie sa flotte aux Philipines. Moins de 20 ans plus tard (187.), c est la guerre du Pacifique qui unit Perou et Bolivie contre le Chili qui pousse par les firmes americaines veut conquerir les terrains riches en guano et minerais. Le Chili bat ses 2 voisins et s empare du littoral Bolivien et de territoires Peruviens. Au musee maritime de La Paz, on avait eu pitie en voyant ce que la Bolivie avait perdu comme territoire face au Chili et au Paraguay, c est la meme chose qui est arrivee au Perou ! Le Chili a rogne au sud et le Bresil et la Colombie ont installes des populations dans la partie amazonienne et reduit l espace peruvien...

La maison bleue de l Amiral Grau

Bataille navale - 186.

 

Apres une belle ecale en capitale, j arrive a Nazca le 15 au soir. La civilisation de Nazca est assez ancienne et elle avait disparu bien avant l arrivee des incas. L endroit est connu pour les fameuses lignes et les figures geantes dessinees dans le desert (20 a 300 m de long). Certains pensent encore que les triangles etaient des pistes d OVNI, et que le dessin cosmonaute represente un extra-terrestre, mais le guide reste plus simple avec des dessins destines aux yeux du dieu soleil. Comme tous je m inscrit pour le survol du site. A 40 $ les 30 min c est un bon rendement pour pour les nombreuses micro compagnies aeriennes qui se partagent le marche ! nous sommes 3 passagers dans le petit avion et je suis tres heureux d avoir negocie la place de copilote. Je me perd entre l appareil photo et la camera pour immortaliser l image avant que l avion vire sechement pour que l autre bord profite quelques secondes de la vue... Meme si on est haut, on voit tres bien les figures a l oeil mais ca ne rend rien en photo... 

Sur le plan c est pas mal...

Au dessus du desert, la photo ne vaut rien ...

  Le cosmonaute (zoom maxi)

L oiseau

 

Le singe

 

Je vais ensuite au cimetiere de Chauchilla voir les momies. La plupart des tombes ont ete pillees et on voit pleins de petites depressions sableuses correspondant a autant de tombes visitees. Les pilleurs saouls pour se proteger des mauvais esprits, ne font pas de quartiers ils prennent les poteries si convoitees et arrachent le tissus autour du corps pour chercher l or. En surface on voit donc plein de coton et de morceaux d os... Le site presente une petite dizaine de tombes degagees avec quelques momies replacees. Les momies en position foetale (tendons et ligament sectionnes pour la bonne posture), sont enveloppees dans une masse de coton. L excellent etat de conservation des cheveux est tres surprenant (surtout qu ils sont tres longs les cheveux !). Une petite salle montre une momie intacte (avec peau), celles qui sont a l exterieur sont sacrifiees au soleil et au vent qui detruisent le cuir et blanchissent les os... 

Ici tout est mort

Si on me libere, je mords !

Momie Rasta - avec les talons dans l estomac !

 

Au retour, on sarrete a l incontournable escale touristique de fabrication artisanales de poteries traditionnelles. La seconde etape chez les chercheurs d or est plus interessante. L activite concerne plus de 20 % de la population locale. Chacun peut creuser dans la montagne et revient a la cooperative pour boyer sa roche. La roche passe d abord au broyeur mecanique mais la finition est manuelle ! La poudre issue de la meule passe a la batee et les depot presque pur est melange au mercure qui fixe l or. Si le chercheur trouve 1 g d or dans 60 kg de pierre, il gagne 15 $ et c est une bonne journee !

 

L humour de l animateur ...

... et la sueur de l orpailleur !

 

Je quitte Nazca le 16 au soir avec le bus pour Cuzco. J aurai aime y rester une journee de plus pour voir les lignes de pres et visiter quelques vestiges interessants mais j ai ete trop rapide pour acheter le billet de bus. 

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 02:26

J ai quitte Loja (Equateur) par le bus de nuit (3/4). Apres 4 h de panamericaine, on arrive au poste frontiere a 2h30 du matin. Il n y a personne a part les douaniers de service. Ca aurait pu aller tres vite ... mais, il y a une panne informatique ! On va attendre 1 heure entre fatigue, crachin et moustiques avant de traverser le pont vers le Perou.

On arrive a Piura a 6 heures du mat. Je devais avoir l air fatigue et vulnerable car un petit malin a tenter d embarquer mon petit sac (celui avec appareil photo et camera). Lui aussi devait etre a peine reveille car il n a pas tire assez fort pour me l arracher. Ca c est passe 5 min apres la descente du bus ! C est un bon rappel pour la securite ... Le vol est un phenomene plus que frequent et les touristes sont des proies faciles. Les Quebecois se sont fait voler par un pick pocket 2 jours apres notre separation, une fille du groupe s est fait voler son sac pendant qu on etait a la plage aux Galapagos, un couple a l hotel de Quito s est fait voler en 30 secondes d inattention, leurs passeports etaient rendu au commisariat avant eux (sans l argent !)... J aurai beaucoup de chance si j arrive a y echapper pendant le mois qui me reste !

A Piura, j ai revu la famille rencontree lors du vol Lima - Piura 2 semaines auparavant. Ce 5/4, je quitte Piura pour Chiclayo. Piura etait une ville tres chaude avec des rues sableuses. En bus, on traverse 200 km de desert (desert de Sechan) avec quelques villages miserables. Ca avait ete le meme paysage desertique lors du trajet Piura - Gayaquil (au nord), avec une transition tres brutale entre le Perou desertique et la plaine equatorienne plantee de bananeraies verdoyantes.  

Le desert de Sechan

A Chiclayo, je suis alle visiter le musee du "Seigneur de Sipam". C est une vielle civilisation (Mochicas) qui construisait ses pyramides en briques de terre. Aujourd hui il ne reste que d enormes monticules uses par l erosion (200 m * 200 m * 30 m).  Les pilleurs y travaillent depuis longtemps, mais les archeologues ont attendu 1987 pour trouver la tombe du seigneur de Sipam. A cote de la reconstitution de la tombe collective (le seigneur + 2 concubines + 1 enfant + 1 chef militaire + 1 garde + 2 lamas + 1 chien) sont exposes les nombreux bijoux de la parure royale. 

Monts de terre - vestiges de Sipam

L autre musee de la ville a une interessante collection de vases representant tous les aspects de la vie : de la conception a la mort, les dieux, les animaux ... A propos de dieux et de mort, demain Vendredi Saint est un jour tres ferie et meme les bus ne circulent pas (aujourd hui jeudi saint, c est deja ferie !). Pour ne pas rester bloque jusqu a samedi dans cette petite ville, je dois prendre le bus de nuit pour Cajamarca.

Parure du seigneur

Masque de cuivre dore

Ceramiques de toutes sortes

Un "quipu" qu on ne sait pas lire

Cajamarca se situe a 2800 m d altitude, il faisait donc frais quand nous sommes arrives a 4 h du matin, heureusement on pouvait rester somnoler dans le bus jusqu a 7 h. Encore une fois, la ville occupe le fond d une valle entouree de hautes collines. Elle est celebre pour la salle remplie d or pour la rancon de l empreur Inca Ataualpa Capac sournoisement capture pas Pizzaro. Il reste aussi les vestiges d anciennes civilisiations, mais les envahisseurs incas puis espagnols se sont fait un devoir de nettoyer le passe ...

Autour de la plaza de armas on trouve le vieux centre colonial avec de grandes maisons a portes de pierres et des eglises aux facades tres travaillees. A 10 metres de l eglise principale se trouve "el cuarto del rescate" : la fameuse salle. Elle mesure 6 m * 11 m et comme l Inca avait le bras long, la marque de hauteur est a 2.40 m : ca fait pres de 150 m3 d or !!! La rancon a ete payee mais l Inca sera quand meme ete execute (sur une dalle exposee dans la meme piece !). Sur la butte qui domine le centre se trouve "la chaise de l inca", ruine de l autel des sacrifices au dieu soleil.

                                                De grandes eglises

Des vieilles maisons coloniales 

La salle d or

Avec l or, Pizzaro est aux anges ... et l Inca au-dela ! 

 Aux alentours de la ville subsistent des vestiges interessants, il suffit de se laisser approcher par les  rabatteurs des nombreuses agences de la place centrale pour partir immediatement avec le flot de touristes. En ce long week end Pascal (jeudi a dimanche), de nombreux peruviens viennent prendre le frais et il y a foulle sur les sites historiques. On fait quelques kilometres dans la campagne pour atteindre les fenetres d Otuzco. Il y a 350 niches creusees dans la cendre volcanique sur une periode de - 1000 av a + 1000 ap JC pour recevoir les os des nobles. Evidement, les niches ont ete pillees depuis longtemps. La seconde sortie nous emmene 1000 metres plus haut vers d autres cendres volcaniques. A Cumbre Mayo, les indiens Chauvin ont creuse il y a 3000 ans, un canal d irrigation de 9 km et laisses au passage quelques graphitis sur la roche tendre. Aujourd hui, les enfants du secteur en tenue traditionnelle attendent les touristes un mouton dans les bras, pour la photo qui leur donnera 1 sol ...  

  Sur les hauteurs de la vallee, a 3500 metres ...

Les niches funeraires d Otuzco

Aqueduc avec reducteur de vitesse (3000 ans)

  Petite bergere Andine

Apres une trempette au baño del inca (source thermale),  je redescends sur la cote a Trujillo pour voir mes premieres pyramides (8/4). C est un petit voyage de descendre 3000 metres ! On passe des pentes abruptes enuagees a une vallee de plus en plus large et seche jusqu au desert de sable. Les elevages laitiers de Cajamarca sont remplaces par le riz au bord des rivieres et des cactus sur les pentes. En arrivant sur la plaine littorale, on retrouve le desert avec des dizaines de grands poulaillers alignes avant d arriver en ville. Trujillo est une vieille ville cotiere avec 800.000 habitants. Elle est connue pour ses ruines et une petite station balneaire.

Des cabanes perdues dans le sable

Le sable, c est bon pour les asperges !

Plaza de armas de Trujillo

Maisons autour de la Plaza

Beaucoup de taxis

L endroit etait occupe par les Moches (debut ere chretienne), puis les Chimus (900 ap JC) avant d etre envahi par les incas (14..) puis les espagnols (153.). Les Moches y ont construit 2 grandes pyramides de terre : la huaca del sol et la huaca de la luna. En fait, les deux pyramides etaient consacrees au dieu principal Ai Apaec. La pyramide du soleil est enorme mais fermee au public. La guide affirme qu elle faisait 120 m de haut ?! Les archeologues ont trouve 11 phases de construction !

Huaca del sol - 45 m au dessus du sable

Ai Apaec (amateur de sang)

La pyramide de la lune est plus petite et n a que 5 phases d agrandissement. Elle est ouverte au public mais les fouilles continuent pour degager le sable qui a envahi le site depuis 1500 ans. Grande surprise, les briques de terre et les peintures ont bien resiste au temps. Il faut dire qu a part El Nino, il pleut tres peu et c est l eau descendant des Andes qui permet les cultures au milieu du sable. El Nino etait deja un phenomene catastrophique : innondations, epidemies ... les sacrifices humains n y changeant rien, les moches ont demenage vers les montagnes.

Au sommet - le rocher des sacrifices (s il pleut trop !)

Bas-relief de la rampe d acces a la pyramide

Quelques siecles apres une nouvelle civilisation s installe : les Chimus. Ils construiront une vaste citee et les rois y construiront de grands palais (toujours en terre). Chaque roi devant construire le sien, il y reste des murs en ruine sur une grande superficie : la cite de Chan - Chan. On visite les ruines du palais du 8 eme roi. C est un vaste labyrinthe de murs de terre qui termine avec un grand bassin et la tombe du roi. Contrairement a Sipan, il est seul dans sa tombe ... mais entourre de 44 tombes de concubimes et soldats sacrifies a sa mort !

Dedale de couloirs du palais

Les idoles Chimus (tintin et l oreille cassee)

 Apres Trujillo, la prochaine etape est Lima 550 km plus au sud. J y serai demain soir (10/4) et il me faudra etre vigilant car j a eu plusieurs mises en garde par les peruviens... Pendant 500 km on descend le desert de la plaine cotiere. Les rivieres qui descendent des montagnes permettent la culture du riz, des tomates et des asperges. 

Race locale sans poils

Surfs en roseaux

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 18:19

 La premiere etape en Equateur a ete Guayaquil, ville cotiere la plus importante de ce petit pays. Le fleuve est bodre d un grand parc bien amenage. Il y a quelques batiments interessants, mais je n ai rien vu d extraordinaire. J ai surtout aime les animaux du parc. Dans un vaste enclos il y avait quantite de tortues terrestres et aquatiques (carnivores). Il y a surtout pleins d iguanes verts qui cherchent leur nourriture dans les allees et qui grimpent dormir dans les arbres. Il sont si nombreux sur leur perchoir qu il vaut mieux eviter de s attarder en dessous ...

Apres les Galapagos, je vole a Quito (28/03). La capitale occupe le fond d une vallee a plus de 2.500 m d altitude. Le contraste est assez brutal : on est dans les nuages, il fait frais et j ai le souffle court pour marcher dans les rues en pentes (il n y a que ca !). Autre contraste interessant, la vie coute beaucoup moins cher que sur l ile : une chambre confortable avec petit dej vaut 10 $. Le centre historique est tres joli avec ses grandes maisons coloniales, de nombreuses eglises (bien travaillees) et d anciens monasteres. Une grande statue de la Vierge domine la ville du haut d une colline. Le pape Jean Paul II est venu a Quito en 1985. La cathedrale qui l a recu n a pas beaucoup avance depuis et c est amusant de voir les fers herisser les murs de beton.

 

Beaucoup d eglises et une grande protectrice

Sur les places : beaucoup de monde et de beaux batiments 

 

Le 29, je vais a "mitad del mundo". Dans l enceinte du site, je visite les pauvres pavillons equatorien et espagnol qui exposent quelques peintures. Le rez de chaussee du pavillon francais retrace la localisation de l equateur par l expedition de Mr De La Condamine commandee par le roi en 1750. L etage est une vitrine de la technologie francaise avec ariane et les images du satellite spot.  

Au centre du monde !

La France et l Equateur ... une vieille histoire

 

  En realite, ils se sont trompes de 240 metres... Erreur que n avaient pas comis les indiens qui ont construit un calendrier solaire exactement sous l equateur il y a pres de 1000 ans (a seulement 2 kilometres du site de 1750). Le soleil etant le principal dieu des incas, c est la recherche de l equateur qui les aurait pousser a etendre leur royaume depuis Cuzco, si haut vers le nord. Je suis arrive trop tard pour visiter le musee "touristes - nigauds" : aller voir l eau d un evier qui tourbillone differement selon qu on le place a 2 metres au nord ou 2 m au sud de l equateur ! L equinoxe de printemps c etait la semaine derniere, a midi l ombre etait verticale ...

 

 Aujourd hui encore, l ombre est encore tres petite

 

Le 31, je prends le bus pour Cuenca, citee historique a 9 heures au sud (vitesse moyenne du bus : 40 km/h !). C est une vieille ville fondee par les incas (Huayna Capac Inca est la star de la ville), et restructuree par les espagnols. Le musee historique a ete construit a cote des fondations des batiments ou etaient preparees les vierges pour le service de l Inca.

 

Raccoleuse la pub du musee !

 

 Le centre historique de la ville compte 12 eglises et en ce dimanche des rameaux, elles sont pleines. Apres la messe, les processions defilent dans les rues. A la porte des femmes tressent les palmes en petites oeuvres d art. Aux infos du soir, le journaliste explique que les palmiers utilises sont en voie de disparition ... Apres la chasse aux eglises et aux processions, je suis alle visiter un petit zoo avec toutes les betes terribles (mygales, serpents et grenouilles colorees) que nous n avons pas vu dans la foret. Grande deception, j ai appris que les piranhas qu on a peche etaient ... herbivores !

 

Tresseuse en herbe

Pour procession solennelle

 

Le 2/04 je continue sur Loja, derniere ville "importante" (au moins 20.000 hab !) avant de quitter le pays. Au debut la route Quito - Cuenca suit une large vallee assez prospere avec du maraichage, des serres et de grands troupeaux laitiers (50 vaches). Elle grimpe ensuite dans les collines plus pauvres avec une agriculture rudimentaire (petites parcelles de mais et quelques animaux). Comme Quito, Cuenca et Loja sont encerclees de hautes collines.

 

A la porte de Loja ...

... y a Don Quichotte le frappe !

 

Le 3/04 je fais l aller-retour a El cisne pour visiter le site de pelerinage. Il y a deux heures de bus dans les montagnes avant d arriver a ce village. On ne voit qu une chose : le sanctuaire bleu et blanc de La Virgen. Sur le parvis de l eglise, il y a beaucoup de marchands a se disputer les rares pelerins du jour. A 1 metre de la premiere marche les vendeuses de cierges attendent alignees sous leurs parasols. 

 

El Cisne au fond de la vallee

 La cathedrale perdue

Y a que l ambaras du choix.

 

 Ce soir (3/4) je prends le bus nocture pour retourner au Perou (Piura). J espere revoir la famille qui m a heberge a mon premier passage il y a 10 jours, puis descendre le pays jusqu a La Paz ou je dois etre avant le 3 mai (30 jours chrono). C en est fini de ce joli petit pays, mais j espere continuer a voir ces si charmantes tenues traditionnelles ...

 

Telle mere, telle fille ...

... et telle grand mere !

 

Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 22:32

Apres le bateau ("Beagle" : bras de mer a Ushuaia), le capitaine ( Fitz Roy : montagne patagonne), je suis aux iles qui ont rendu Darwin si celebre apres son tour du monde : les Galapagos et leur faune...

C est un archipel volcanique a 1 000 km du continent et 1 h 30 de vol. Avant l embarquement, tous les bagages sont scanes pour empecher l introduction d animaux ou de vegetaux sur l ile. A l arrivee on doit debourser 100 US $ de droit d entree. Le parc naturel couvre 95 % des terres et il y a une grande reserve marine pour reduire la peche. L aeroport est situe sur une petite ile dersertique. Apres 5 minutes de bus, on prend le bateau pour traverser 500 m de mer et arriver sur l ile de Santa Cruz. Il y a ensuite 40 km de route pour atteindre Puerto Ayora. L ile volcanique ressemble un peu a la Reunion : un pic au milieu de l ile et des pentes regulieres vers la mer avec une vegetation etagee. Sur les hauteurs vertes et humides on voit des forets et des prairies. Sur le littoral chaud et sec on trouve surtout de la lave couverte par de grands cactus et petits arbustes. La "capitale" est un village paisible qui vit par le tourisme.


Falaise - nichoirs

Forets de grands cactus sur anciennes coulees de lave


 Dans le port on voit d emblee une dizaine de pelicans qui paressent, des fregates qui planent extremement bien, des otaries qui cherchent le poisson dans les caisses des pecheurs et en bonus une petite raie qui se promene dans les 60 cm d eau du port ...


L otarie dans l ombre du pecheur

Pour le poisson, suivre le bec des pelicans !


La Fregate, planeur de grande envergure


 Apres un bain dans la mer tiede, j ai vu une dizaine d iguanes marins sur les rochers. A la sortie du village, les enormes tortues de la station de Darwin sont libres d acces et on descend dans leur parc pour les voir de tres pres ... Belle premiere journee !

Le deuxieme jour (25/03), c est plongee... Ici, c est une grosse industrie et certains payent plus de 3.500 $ pour passer une semaine en mer pour plonger. Le site est tres repute pour les requins marteau, les raies ... Je lacherai 120 $ pour 2 plongees consecutives aux Gordon Rocks : 3 petits rochers qui depassent de l eau et qui descendent a 35 m. Sur les rochers on voit quelques fous, des otaries qui dorment et quelques iguanes marins. Normalement il y a du courant entre les rochers, ce qui amene beaucoup de poissons. Premiere observation, meme sous l equateur l eau est froide ! En surface, elle depasse 25 degres mais a 20 m elle n est plus qu a 18 degres ! Les Galapagos sont a la jonction du courant froid de Humbolt et du courant chaud El Nino, et la on etait dans le courant froid ...


Archipel sous l influence de 2 courants marins

Pas de chance, le courant est faible et la visibilite seulement d une dizaine de metres. On trouve beaucoup de poissons, de grosses etoiles de mer et de coquillages le long de la paroi abrupte. On voit de loin quelques otaries puis une grosse tortue, une raie de pres d 1 m 50 d envergure et quelques requins. Le premier est un inoffensif pointe blanche d 1 m 20. On voit ensuite 3 petits requins marteau d 1 m 50. Si le courant avait ete plus fort, la visibilite aurait ete meilleures et surtout il y aurai eu plus de requins a se "reposer" dans la passe.

Pour le troisieme jour, je fais le (petit) tour de la baie. On commence par la "loberia" ou vivent quelques familles d otaries. Elles sont curieuses et viennent voir les baigneurs. En descendant sous l eau, elles suivent et virent dans tous les sens avec une agilite surprenante. Meme si elles ne jouent pas, ca a ete un bon moment de nager avec ces jolies betes ! La suite du tour manque d interet. On voit de loin des petits requins qui dorment au bord des rochers, puis on longe une falaise pour voir quelques oiseaux (fous). Pendant la pause dejeuner on verra passer 2 tortues et 3 belles raies...


Le fou a pattes bleues


La vie en ville est tranquille : regarder les escadrilles de fous piquer dans l eau, les fregates se chaparder en plein vol les morceaux de poisson, les otaries qui squattent les bateaux pour dormir ou chercher les iguanes marins sur les rochers ...


Iguanes terrestres - parc de Guayaquil


Iguane marin


Lions de mer a la sieste dans le port


Le 27, je visite la station Darwin qui tente de sauvegarder les especes locales en voie de disparition (tortues geantes et iguanes). Ils ont recence 14 especes de tortues endemiques. La plus menacee c est "Lonesome Geoge". Trouve il y a 30 ans, c est le dernier de son espece et il refuse depuis des annees les femelles d espece voisine qu on lui propose ...


Lonesome George - vedette mondiale !


C est un privilege de descendre librement dans le parc et voir de pres ces monstres de 100 ans et 200 kg. Les grosses tortues accessibles sont d anciens animaux de compagnie confisques et elles restent indifferentes aux masses de touristes qui passent chaque jour. Les animaux destines au repeuplement sont a l ecart, et ne doivent pas s habituer a l homme. Les oeufs sont incubes puis les jeunes sont eleves 5 ans avant d etre assez resistants pour etre relaches. Parallelement au repeuplement, des efforts importants sont faits pour exterminer ile par ile : chevres, cochons chiens errants et rats. Ces animaux apportes par l homme detruisent l habitat naturel ou mangent les oeufs et les juvemiles.


Juveniles de 3 ans - je donne ma chemise pour une petite !

Geochelone elephantopus : edente, court sur patte avec les genoux cagneux !


On ne doit pas toucher ni marcher sur leur "table"

Ce 28 mars, c est le vol retour vers Quito. J aurai aime rester plus longtemps, aller a l interieur des iles traquer les tortues sauvages, voir les volcans, retourner plonger avec otaries et requins... Mais il me reste moins de 40 jours pour traverser l Equateur et le Perou.
 
Repost 0
Published by Ledodolela - dans Amerique Latine
commenter cet article

Présentation

  • : Larguez les amarres
  • : Deroulement d'un voyage autour du globe
  • Contact

Rechercher

Catégories